AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les balançoires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ishae Kyomu

Divinité

Divinité



MessageSujet: Les balançoires   Jeu 9 Juil 2009 - 20:05

[SUITE DE CE SUJET]



Le soleil, la mer...
D'un océan glacial et bien peu accueillant, ils étaient arrivés dans des mers plus chaudes.
De fait, la jeune femme avait dormi une bonne partie du trajet.

Elle ressortit alors sur le pont et, se cachant les yeux du soleil qui tapait de plus en plus fort (sans compter avec les reflets de l'eau), elle trouva une place à l'ombre.
Leur bateau n'était pas immense, mais parfait pour deux. Le service était impeccable, et elle se serait presque encore crue en vacances.

Mais pour le moment, le plus important était leur nouvelle mission.
Elle sortit son ordinateur portable de sa sacoche protégée, et retrouva toutes les données de l'affaire, dont les vidéos et une photo.




http://www.youtube.com/watch?v=k9pQpq4iMzU

http://www.youtube.com/watch?v=-bpf_kt784M


* On demande l’avis aux deux prêtres, Juan Carlos Pellegrino et Duilio Pradolini qui s’occupent de la chapelle qui jouxte le square. Ils répondent "que ante estos fenómenos la iglesia apunta a que se agote el estudio sobre las fuerzas de la naturaleza para después preguntarse si hay algo sobrenatural” (devant ces phénomènes, l’Eglise attend que les possibilités des forces naturelles soient écartées avant de se demander si il s’agit d’un phénomène surnaturel). Encore de nombreuses personnes de Firmat refusent de croire que la balançoire bouge seule et pensent justement à un coup monté par la municipalité pour soit promouvoir touristiquement la localité, soit pour appuyer la candidature de l'actuel maire pour les prochaines élections d'octobre. *

Trop de choses encombraient cette affaire. Trop de "données" humaines...
Elle appela alors Abandon, se demandant où il était passé.


Dernière édition par Ishae Kyomu le Mar 22 Juin 2010 - 22:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://guilde-persona.forum2ouf.com/
Abandon

Grand Sage

Grand Sage



MessageSujet: Re: Les balançoires   Ven 10 Juil 2009 - 15:33

Un bateau. Sauvé de l'avion, ils naviguaient. Abandon était un peu moins dubitatif face à ce moyen de transport, même si le fait qu'un assemblage amélioré de tôles puisse flotter était pour lui une amusante facétie de la physique. En vérité, il avait adoré la traversée des eaux glaciales du début de leur voyage. Un océan capable de geler tout ce qu'on y plongeait, cela l'amusait énormément. Sans parler de la neige qui avait salué leur départ, et sa brève métamorphose lupine, le temps de faire ses adieux à la grande Russie. Un certain nombres de petits enfants avaient sans doute rêvés de meutes et de chasse cette nuit là. Le démon sourit dans sa cabine et s'étira, sa haute carcasse légèrement engourdie.

Il avait dû s'habituer au léger mouvement du navire, et si ses débuts avaient été discrètement difficile, il était désormais tout à fait capable des pires acrobaties. Le brun fouilla rapidement la pièce du regard et récupéra ses lunettes de soleil, ronde, orange et surtout parfaitement couvrante; le soleil était de plus en plus fort, et cette éblouissante luminosité avec un effet plus que singulier sur l'avatar; elle l'endormait, purement et simplement.Une heure sans ses lunettes sur le pont, et il n'avait plus qu'une seule envie, se poser sur un transat et faire une longue sieste. Il ne c'était pas privé de le faire d'ailleurs, et plusieurs fois. Cependant, son sommeil était si profond que même une tempête ne l'aurait pas réveillé, et l'équipage aurait sans doute moyennement apprécié de devoir trimballer le démon à travers le bateau sur une mer démontée. Alors dont acte, lunette, veste, rectification de la cravate, et retour sur le pont.

Le soleil dardait ses rayons avec application, chatouillant la peau des marins torses nus. Abandon leur jeta un regard blasé et rajusta ses lunettes. Après un bref temps de réflexion, il se lança dans une balade, juste pour se dégourdir un peu le jambes. Après son échappée russe, il se sentait un peu à l'étroit, forcément. Il entendit Ishae l'appeler à l'instant où il tournait, au bout du pont. Il pivota et entreprit de faire le chemin inverse, d'un pas de flâneur. Enfin arrivé à ses côtés, il avisa l'ordinateur, et eu un sourire en coin. Au travail. Garder ses lunettes, donc.


"Besoin d'un avis?"
Revenir en haut Aller en bas
Ishae Kyomu

Divinité

Divinité



MessageSujet: Re: Les balançoires   Mer 22 Juil 2009 - 18:30

Malgré le fait que la jeune femme avait revêtu un haut de maillot de bain deux pièces ainsi qu'une jupe légère, la chaleur était un peu trop étouffante pour elle.
Elle tâchait de ne pas suffoquer, mais ses efforts semblaient bien vains... cependant, le grand air la changeait et lui faisait du bien, aussi se taisait-elle.

Elle vit enfin approcher Abandon, qui lui demanda si elle avait besoin d'un avis. Un peu, oui.

"J'aimerais que tu regardes ces vidéos... plus attentivement qu'un simple humain ne le ferait. On pourrait croire à une mauvaise blague, surtout avec le vent qui semble souffler près de la caméra, mais ce n'en est pas un. J'aimerais que tu observes cela, et que tu me dises ce que tu en penses."


Pour le reste, que devait-elle rajouter ?
Elle ne tarderait pas à lui parler de ses doutes concernant certaines personnes qui s'étaient rendues sur place pour "enquêter" sur cette affaire, ou plutôt pour y semer davantage de troubles.
Car personne n'était innocent dans cette petite bourgade qui, comme certaines autres, aurait bien fait tout et surtout n'importe quoi pour ramener à elle davantage de touristes... ou peut-être pour une toute autre raison.


Trop d'humains avaient entouré cette affaire. De trop près pour la plupart.
Alors ? Phénomène électro-magnétique ?
Vent violent ?
Subterfuge grossier ?

Ishae avait également étudié pas mal de forums paranormaux dont les membres croyaient être des spécialistes, et voilà ce qu'elle y avait récolté :
- "route avec des camions, peut-être les vibrations simplement. Voir aussi du coté géologique, une rivière souterraine quelque chose comme ça.",
- "conduit souterrain avec de la vapeur",
- "Il suffirait d'un "voilé" du siège de la balançoire pour qu'une prise au vent (qui semble omniprésent sur toutes les vidéos et assez fort) puisse donner le mouvement. D'ailleurs celui-ci est progressif. Ce qui serait extraordinaire c'est que la balançoire prenne immédiatement de la hauteur."
... beaucoup de choses qui ne collaient pas avec un seul détail qu'Ishae confierait à son Avatar après qu'il ait regardé les vidéos. Il était bien plus facile de croire à toutes ces hypothèses (au demeurant assez sensées) que d'étudier véritablement ce phénomène.

Elle savait, au fond d'elle, que tout cela n'était pas aussi simple.


Dernière édition par Ishae Kyomu le Jeu 24 Fév 2011 - 23:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://guilde-persona.forum2ouf.com/
Abandon

Grand Sage

Grand Sage



MessageSujet: Re: Les balançoires   Jeu 23 Juil 2009 - 16:19

Des vidéos? Intéressant. Le démon s'appropria l'ordinateur et ôta ses lunettes avec une légère grimace. La chaleur ne l'importunait pas le moins du monde, en témoigne sa tenue impeccable et sa veste soigneusement boutonnée, mais la luminosité lui blessait les yeux comme autant de minuscules épingles. Ses pupilles se réduire brutalement, jusqu'à devenir presque indécelable, et il se pencha légèrement vers l'écran, le protégeant de la lumière directe pour mieux voir. Il observa attentivement les enregistrement, un peu déçut par leur faible résolution. Les caméras avaient été, semble t'il, parfaitement ordinaires, et maniées par des amateurs.

Cependant... Il y avait peut-être quelque chose. Oui, peut-être. Mais quoi? Bonne question. Abandon ferma un instant les paupières et se frotta les yeux. Saleté de soleil. Il se reconcentra à nouveau sur les vidéos. La première... Oui, la première l'intriguait vraiment.

Il reposa l'ordinateur et remit rapidement ses lunettes, avant de s'autoriser un discret bâillement. Le brun se tourna vers Ishae, vaguement réprobateur. Sa tenue vraiment... Non pas qu'il soit particulièrement prude, mais il avait vécût un temps à l'époque victorienne, et il connaissait personnellement des succubes plus habillées. Mais enfin, ce n'était pas ses oignons après tout. Il médita encore un instant et se décida à livrer le fruit de sa courte réflexion.


"A mon avis, la plus intéressante pour nous est celle de la première vidéo. Indépendamment du fait qu'elle est visiblement protégée du vent et de la foule, son mouvement et bien plus intrigant. Elle ses chaînes restent bien parallèles, l'oscillation est régulière... Enfin, tu as dû arriver aux même conclusions.
Franchement, il y a autre chose, mais c'est difficile de mettre le doigts dessus à cause de la qualité de la vidéo. Et... Il y a autre chose qui me gène... Un esprit frappeur normalement constitué aurait plutôt agité tout les sièges, ou alors il aurait fait des tours, ou fait tomber des gamins systématiquement... Je ne comprend pas pourquoi il s'embêterait à créer un mouvement aussi régulier. La concentration et le sens du détails ne sont pas leur qualités premières."


Il marqua une légère pause.

"Bien sur, je pars du principe qu'il a quelque chose de 'paranormal' là dessous."

Le démon rajusta à nouveau ses lunettes, pestant intérieurement contre le soleil et l'ensemble des éléments qui se liguait, il en était sûr, contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Ishae Kyomu

Divinité

Divinité



MessageSujet: Re: Les balançoires   Jeu 23 Juil 2009 - 19:57

La jeune femme écouta attentivement les conclusions de son Avatar, remarquant au passage le regard réprobateur de ce dernier. Sa tenue sans doute... évidemment, son corset noir ne le gênait pas !
Elle réprima un sourire.

Pour le reste, ce qu'il disait se tenait, évidemment. Elle ne s'attendait pas à moins venant de lui.
Mais en réalité, ce qui la perturbait elle...


"...le mouvement est régulier et les chaînes parallèles, oui. Mais il y a autre chose."

Bref silence.

"Certains sont obsédés par le fait que cela puisse représenter un canular humain, évidemment. Pourtant, sismologues et autres radiesthésistes n'ont rien trouvé aux alentours. Son mouvement aurait cessé il y a deux ans, en Octobre 2007. Mais pourtant, d'après des sources plus personnelles, elle oscillerait encore."

A présent, il était temps de lui expliquer ce qu'elle avait perçu (et non vu, c'était bien le problème) :

"Regarde donc cette vidéo, un peu plus convaincante que les autres."




"Il y a des "interférences" (des sortes de rayures vertes) lorsque l'homme à la caméra s'approche du site, et, m'y connaissant quelque peu en appareils vidéo, je puis affirmer qu'il ne s'agit pas d'un simple souci de caméra. Il y a quelque chose ici, et ce quelque chose perturbe les appareils tels que les caméras et autres appareils photos. De plus, la balançoire se balance comme si elle ne portait pas un poids conséquent."

Voilà ses quelques conclusions. Mais cela suffisait-il, au fond ?
Revenir en haut Aller en bas
http://guilde-persona.forum2ouf.com/
Abandon

Grand Sage

Grand Sage



MessageSujet: Re: Les balançoires   Ven 24 Juil 2009 - 12:40

Le démon retira à nouveau ses lunettes avec un imperceptible soupir, et visionna la vidéo, espérant très fortement que ce serait la dernière -même s'il en doutait, connaissant la nature pointilleuse de son enquêtrice...-. Il n'y connaissait rien en appareils électroniques, mais il savait qu'il pouvait faire confiance à Ishae. Le brun se concentra sur les rayures, Scrutant attentivement la balançoire derrière la déformation de l'image. Pour plus de sureté, il repassa la vidéo. Légèrement dubitatif, il tritura un instant ses lunettes, les yeux baissé vers l'écran. Effectivement, il avait peut-être, éventuellement, perçut quelque chose... Mais quoi? ça n'avait pas vraiment de forme. Pas vraiment de couleur. Pas même une véritable consistance.

Peut-être un effet de la caméra. Non, ça restait autour de la balançoire. Sur la balançoire? Il ne pouvait en être parfaitement certain. Cela lui rappelait vaguement quelque chose. Une chose qu'il avait déjà rencontré, mais où? Et surtout, comment. La prodigieuse mémoire de l'avatar lui jouait parfois des tours, du fait de son immensité. Il se retrouvait parfois à chercher ses souvenirs, avec l'impression d'être coincé dans un immense bâtiment rempli d'étagères et labyrinthique à n'en plus pouvoir. C'était très agaçant, et aujourd'hui encore plus, avec ce soleil qui lui vrillait les yeux et l'assommait à moitié.


"Je vois quelque chose, effectivement. Une espèce... D'épaississement de l'air autour de la balançoire. Dommage que la caméra ne soit pas un peu plus sensible."

Épaississement de l'air oui. Il l'avait sur le bout de la langue, mais ça ne lui revenait toujours pas. Saleté de lumière. Fichue mémoire. Il remit ses lunettes avec mauvaise humeur.
Revenir en haut Aller en bas
Ishae Kyomu

Divinité

Divinité



MessageSujet: Re: Les balançoires   Ven 24 Juil 2009 - 19:39

"Je vois quelque chose, effectivement. Une espèce... D'épaississement de l'air autour de la balançoire. Dommage que la caméra ne soit pas un peu plus sensible."

Ishae sourit. Bonne analyse, bien qu'un peu brève, mais surtout il avait remarqué que la caméra était celle d'un amateur...

"Nous avons une caméra infrarouge et bien plus sensible que celle-ci sur nous. Le seul problème étant qu'elle n'arrivera que dans un jour ou deux environ - à dire vrai, je ne m'attendais pas à ce que l'on nous attribue cette mission-là, donc je n'ai pas vraiment pris de mesures spécifiques. Je n'ai pas eu trop de temps non plus, de fait."

Aucun souci pour le reste.
Ils étaient bientôt arrivés, et la jeune femme alla s'accouder au bastingage en regardant les flots rompus par la coque du bateau qui filait.
Une ombre étrange passa sous le bateau, et Ishae se demanda en souriant de quoi il s'agissait...
Elle vouait une véritable adoration aux requins, et espérait un jour qu'on l'enverrait enquêter sur des "mystères" en rapport avec ce fascinant animal.


Secouant la tête lorsque l'un des "marins" du bateau l'appela, elle vit alors que les côtes étaient en vue. Enfin.
Ishae monta les rejoindre dans le poste de commandement, et apprit qu'ils se devaient d'être prudents ici. Les autorités n'étaient pas très enclines à collaborer dans des affaires qui pouvaient nuire à leur "image touristique", et celle-là assurément ne leur plairait pas.
Promettant de rester sur ses gardes, Ishae redescendit sur le pont, rejoignant son Avatar.


Le bateau fut amarré à quai, et la jeune femme observa avec une certaine inquiétude l'orage qui se profilait au loin.
De lourds nuages noirs... apparus là comme par "enchantement", à l'instant même de leur arrivée.
Dans le monde des esprits, cela signifiait bien des choses. La première : qu'ils n'étaient pas les bienvenus ici... mais Ishae doutait que cette manifestation hostile fut l'oeuvre de l'esprit qui les intéressait.
Cela remettait certains choses à leur place, après tout.

"Nous avons une chambre réservée dans une auberge à Firmat. Une chance d'ailleurs... Allons-y."

Un taxi les attendait, et les conduisit bientôt dans une petite ville poussiéreuse, semblant figée dans le temps. Le véhicule s'arrêta bientôt devant une auberge assez "rustique", et le temps de sortir les bagages et de les monter dans leur petite chambre (toutefois assez confortable), et la jeune Enquêtrice sut qu'elle devrait se reposer un peu.
Revenir en haut Aller en bas
http://guilde-persona.forum2ouf.com/
Abandon

Grand Sage

Grand Sage



MessageSujet: Re: Les balançoires   Dim 26 Juil 2009 - 22:00

Elle avait réponse à tout, comme d'habitude. Il n'en attendait pas moins. Le démon la laissa s'éloigner vers le bastingage et repris la promenade interrompue un peu plus tôt. Ses pas l'emmenèrent à l'avant du bateau, et il y resta un instant, goutant l'air marin. Ils allaient à l'assaut d'un continent quasiment nouveau pour lui, et ce serait sans doute amusant, malgré l'écrasante lumière du soleil. Abandon se reconcentra et fixa l'horizon, avant d'esquisser un sourire. Terre en vue. Après un bref moment de réflexion, il regagna sa cabine. Non pas qu'il ai du rangement à faire, mais il avait une petite chose à faire avant de débarquer, et cela nécessitait un petit peu de temps.

Le bateau amarré, Abandon se glissa aux côtés d'Ishae, fixant l'orage qui s'annonçait avec un léger sourire aux lèvres. Il avait troqué son éternelle tenue sombre contre un costume en lin à la coupe plus moderne, une paire de mocassins crème et les cheveux pour une fois soigneusement coiffés. Cela lui allait étonnamment bien, quoique lui donnait une allure un peu mafieuse qui faisait un peu froid dans le dos. Son raisonnement de départ était simple: dans des contrées aussi chaude, il serait aussi incongru qu'un ours polaire s'il ne se séparait pas de son costume fétiche, et le reste avait suivit, par pure coquetterie, il faut le préciser. Il était cependant parfaitement à l'aise sous son panama, ses lunette vissées sur le nez.

Il adressa un sourire absolument carnassier au chauffeur de taxi, qui choisit la route la plus directe pour l'auberge, et un autre beaucoup plus charmeur à la réceptionniste, qui se mit aussitôt à papillonner des paupières. Satisfait de sa nouvelle apparence, Abandon prit, comme à son habitude, possession du fauteuil le plus confortable et considéra son Enquêtrice après avoir ôté ses lunettes, dans sa grande scène du penseur.

"Charmant, l'orage qui arrive. Je me demande qui nous en veut déjà... Avant même que nous ayons commencer à fouiner."
Revenir en haut Aller en bas
Ishae Kyomu

Divinité

Divinité



MessageSujet: Re: Les balançoires   Mar 28 Juil 2009 - 23:21

Le changement de tenue de son compagnon fit doucement sourire la jeune femme ; il était le genre d'homme (sans en être un réellement) à qui tout allait, même un haillon.

Sa façon de profiter de son nouvel attirail vis-à-vis des gens qu'ils croisèrent - aussi bien le conducteur du taxi que la réceptionniste (qui sembla particulièrement sensible à son charme, ce qui énerva Ishae...) - était typique d'Abandon. Il savait mettre à profit ses charmes, pour tirer ce qu'il voulait, information ou autre.

Ils s'installèrent dans la petite chambre et Ishae ressortit son portable, sachant qu'ils avaient un peu de temps pour se reposer avant de commencer quoi que ce soit.


"Charmant, l'orage qui arrive. Je me demande qui nous en veut déjà... Avant même que nous ayons commencer à fouiner."


Elle se contenta de hocher la tête, soucieuse.
Ce genre de manifestation climatique pouvait fort bien être le fait de l'autre monde ; c'est ce qu'on avait appris très tôt à la jeune femme (même si elle l'avait rapidement compris seule), sans en comprendre la raison exacte.
Comment de simples êtres éthérés pouvaient-ils influencer la météo ? Même en étant dotés de certains pouvoirs, c'était quelque peu irrationnel.
C'était quelque chose qu'Ishae avait intégré, que ce fût logique ou non - et elle savait également que c'était le manque d'ouverture d'esprit qui menaçait le monde des esprits et le leur...

Soupirant, elle mit en marche son appareil et s'alluma une cigarette le temps que le bureau s'affiche.

Elle fumait peu ces temps-ci, seulement lorsqu'elle avait besoin de se "détendre" (encore une fausse idée typiquement humaine...), prenant soin de son coeur fragile.
Mais c'était une autre fausse idée véhiculée par des médecins incompétents, et qu'elle fume ou non, cela ne changeait rien de sa santé bancale.


Elle se connecta sur le Net et trouva ce qu'elle voulait, mais une panne de courant inopinée lui enleva toute possibilité.
Fronçant les sourcils, elle sut qu'ils ne pourraient que commencer à enquêter, et pour cela, la première cible était les quelques témoins qui n'avaient pas déménagé de la région.
Ishae avait eu le temps de se renseigner. Le premier, cela tombait bien, se trouvait justement dans cet hôtel en attendant que les rénovations de sa maison soient achevées.

A ce moment-là, alors qu'elle se levait, on frappa à la porte. Il s'agissait d'un vieil homme râblé, qui lui offrit un magnifique sourirez édenté comme "bonjour"...

...c'était bien leur premier témoin à interroger. Etrange coïncidence.


Dernière édition par Ishae Kyomu le Jeu 8 Avr 2010 - 17:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://guilde-persona.forum2ouf.com/
Abandon

Grand Sage

Grand Sage



MessageSujet: Re: Les balançoires   Mer 29 Juil 2009 - 19:33

La jeune femme semblait soucieuse, et ne lui répondit que d'un signe de tête. Le démon haussa imperceptiblement et tira d'une poche intérieure une longue cigarette et se mit à jouer avec, la faisant rouler entre ses doigts. L'orage tirebouchonnait ses antennes extrasensorielles, lui donnant l'impression que des doigts invisibles s'amusaient à le chatouiller. Le démon grommela sourdement et tira le fauteuil dos à la fenêtre, tandis qu'Ishae s'absorbait à nouveau face à sa machine.

Le brun ficha la cigarette au coin de ses lèvres et plongea dans ses poches pour repêcher un briquet, mais il s'interrompit à l'instant où le courant sautait. Ben voyons... L'avatar alluma posément le mince bâtonnet blanc et exhala un long panache de fumée, la mine satisfaite. Son regard erra dans la pièce et se posa pensivement sur un miroir. Ses yeux rougoyèrent briévement, et il s'accorda un sourire complice, tendance appréciateur. Un rien t'habille, mon grand. Abandon tira fugitivement la langue, révélant pendant une fraction de seconde un appendice fort rouge et pointu, dans lequel était incrusté une sphère noire et luisante. Hm, cela détonnait légèrement avec son costume.

Brusquement, il se tourna vers la porte, juste avant que quelqu'un ne frappe. Avant même que la jeune femme n'ait ouvert, le démon c'était levé et il la rejoignit à l'instant où le vieil homme se fendit d'un sourire. L'avatar le considéra un instant, le visage empreint de perplexité. Il n'était pas encore totalement sourd, ni complètement aveugle, et il lui semblait qu'Ishae n'avait pas encore commencer à convoquer les témoins qu'ils voulaient interroger. Mais, enfin, puisqu'il était là...


"Bonjour monsieur, que nous vaut ce plaisir...?"
Revenir en haut Aller en bas
Ishae Kyomu

Divinité

Divinité



MessageSujet: Re: Les balançoires   Dim 2 Aoû 2009 - 20:07

Même si c'était plus qu'étrange que le vieil homme se soit présenté à eux de leur propre chef (encore que les rumeurs devaient circuler vite dans une si petite bourgade), Abandon avait ouvert les "hostilités" et l'avait invité à parler. Qu'il s'exécute donc !

Elle s'écarta pour lui laisser le passage, et l'invita à s'installer dans l'espèce de petit fauteuil qu'elle occupait précédemment.
Rapidement, les yeux sombres du vieil homme se plissèrent, et il se mit enfin à parler :


"...J'étais là depuis le début.", commença-t-il simplement.

L'Enquêtrice s'assit non loin de lui, tirant délicatement sur sa cigarette. Elle l'encouragea à poursuivre, à présent de plus en plus perplexe quant à la "lucidité" du vieillard.

Qui avait bien pu le prévenir de leur arrivée, et quand ? Pour quelle raison aussi ?

"J'ai vu les gens se déchirer pour déterminer le faux du vrai dans cette histoire... y'avait ceux qui y croyaient, et les autres. C'était le meilleur sujet de conversation à la boulangerie du coin. Mais voyez... moi je suis sûr que c'est important. Une balançoire qui bouge sans arrêt, c'est bien beau, mais quand il n'y a pas un brin de vent ni aucun autre phénomène qui peut expliquer ça, c'est que quelqu'un veut parler. Ce quelqu'un, il a besoin qu'on l'aide. Et je sais que vous êtes ici pour ça."

Il le savait donc, oui. Nul doute.
Ishae se contenta de se lever et de le fixer, sans aucune émotion apparente :


"Et qui vous a révélé que nous venions ? De plus, j'aimerais savoir où vous habitez, et si votre maison est réellement en réparation."


Le vieillard sourit doucement.

"Vous aussi êtes bien renseignés. Ca doit être vot'boulot. Je m'appelle Astolfo Piana, je suis le grand'père de Fabián, celui qui s'est fait connaître pour avoir pris l'une des toutes premières vidéos de l'affaire - et croyez-moi, y'avait rien de chiqué dans cette vidéo. Vraiment. J'habitais juste à côté du terrain des balançoires, je les voyais tout le temps, d'où que je sois. Et oui, ma maison est bien en réparation... parce que quelque chose l'a littéralement mise à sac depuis que nous avons fait courir le bruit que la balançoire s'est arrêtée. Laissez-moi vous expliquer..."

Il se tut, aceptant la cigarette que lui offrait la jeune femme, et continua :

"J'ai cherché partout. J'ai beau être âgé, je sais comment me servir d'un ordinateur. Je cherchais de l'aide, moi aussi... j'ai trouvé vos forums de discussion. J'y ai exposé mes problèmes, et on m'a rapidement répondu que vous deux alliez arriver ici avant peu sous peu. C'est pour ça que je sais, je suis pas médium moi.", fit-il en fixant Ishae du regard. "Il y a quelque chose chez moi... c'est arrivé quand la balançoire a commencé à bouger, et je suis sûr que ça a un lien avec notre famille. A dire vrai, ce que j'appelle famille s'est éparpillée dans tout le pays depuis des lustres. Ce que je vous propose, c'est que vous alliez y faire un tour, chez moi. Ce sera bien le meilleur moyen pour vous de commencer quelque part. Surtout que ça bouge encore plus, depuis votre arrivée."

La conclusion du vieil homme s'était faite sur un bref regard de sa part vers le ciel nuageux et la bougie qu'avait allumée Ishae depuis la panne...

Cette dernière regarda brièvement son Avatar, l'invitant à poser des questions au grand'père s'il en avait encore.
Revenir en haut Aller en bas
http://guilde-persona.forum2ouf.com/
Abandon

Grand Sage

Grand Sage



MessageSujet: Re: Les balançoires   Jeu 6 Aoû 2009 - 12:53

Le vieillard ne s'était pas fait prié pour entrer, et Ishae semblait décidée à l'interroger. Le démon traversa à nouveau la pièce et se posa dans 'son' fauteuil, observant avec attention leur invité. Cet homme ne lui paraissait pas très dangereux, mais allez savoir... Le démon tira une longue bouffée de fumée et se déplia brièvement, le temps de se débarrasser de sa cendre. Il ne manquerait plus que son costume soit taché... Il se rassit, les jambes croisées, et écouta sagement les paroles du vieillard. Astolfo. Il habitait à côté des balançoires, vraiment? La chance leur souriait à nouveau. Il faut dire que sans fausse modestie, il était plutôt pas mal pour un démon. Hm. L'homme semblait sûr de lui, et son histoire était cohérente. Et sa conclusion fit sourire Abandon, un sourire de fauve qui se lèche les babines. Conscient de l'effet produit, l'avatar maitrisa ses muscles faciaux et se recomposa un visage plus neutre.

Depuis le début de sa 'collaboration' avec Ishae, ils en avaient vu d'autre, et ce ne serait pas un simple orage et quelques casseroles volantes qui allaient les effrayer, il s'en fallait de beaucoup. Il avait vécût aux Enfers tout de même. Le brun jeta lui aussi un regard par la fenêtre et se déplia, interceptant le regard de son enquêtrice. S'il avait des questions, c'était le moment. Abandon se tourna vers l'homme, mais s'arrêta avant d'ouvrir la bouche, et traversa vivement la chambre, avant d'ouvrir posément la porte, révélant la présence de la réceptionniste, le rose au joues et un plateau contenant tasses et cafetière. Abandon adopta aussitôt l'expression de circonstance et souleva un sourcils interrogateur.

"C'est très gentil à vous d'avoir monté ce plateau, mais il me semble..."

la jeune femme le coupa et s'expliqua d'une voix un peu nerveuse, les joues de plus en plus rouges:

"C'est que... Pablo a vu le sigñor Piana entrer chez vous, et j'ai pensé que... Enfin... Du café vous ferait plaisir... Offert par la maison bien sûr!"

Abandon haussa légèrement les sourcils et se fendit d'un adorable sourire, qui accentua encore le trouble de la pauvre réceptionniste, donc le visage joliment bronzé avait prit la teinte d'une tomate très mûre.

"C'est effectivement une idée tout à fait charmante. Merci, Séniorita."

"Maria!... C'est Maria."

Elle rougit encore plus en prononçant ces mots, si c'était possible. Le sourire du démon se fit charmant, et presque... Intéressé?

"Eh bien, gracia Séniorita Maria."

L'avatar lui prit en douceur le plateau des mains et referma doucement la porte. Il déposa le plateau sur une table basse et se rassit dans son fauteuil, tout à fait satisfait de lui-même. Il se tourna vers leur invité et posa une unique question, les jambes nonchalamment croisées.

"Votre maison... Quels sont les dégâts?"

[Navrée pour son espagnol immonde, mais j'ai prit italien en deuxième langue... ^^']
Revenir en haut Aller en bas
Ishae Kyomu

Divinité

Divinité



MessageSujet: Re: Les balançoires   Jeu 6 Aoû 2009 - 16:02

[Tu te débrouilles très bien, je trouve (lol) !
Quand Abandon va-t-il comprendre que ce n'est pas bien de draguer à tout va ? Mdrrr ^^]



Jusqu'à il y avait peu, Abandon était relativement attentif aux propos du grand'père. Ca n'avait évidemment pas pu durer...

Puis les boissons étaient arrivées. Avec la serveuse, évidemment.
Enervée sans le montrer, Isahe se contenta d'un froncement de sourcil plus qu'explicite à l'attention de son Avatar lorsqu'il daigna les rejoindre.

Son éducation japonaise stricte en faisait une femme très peu indulgente avec ses semblables, de quelque horizon qu'elle soit.
Habituée à regarder les autres sans se faire voir pour deviner et prévenir leurs moindres besoins (ou autre), Ishae ne tolérait pas qu'une femme destinée à servir se mette à rosir au moindre coup d'oeil d'un client.
Elle eut un soupir exaspéré et reporta son attention sur Astolfo après leur avoir servi à tous les trois un peu de café (sans faire sa mijorée, évidemment...).


"Votre maison... Quels sont les dégâts?"


Bonne question au demeurant. Même si au fond, elle aurait pu y répondre elle-même...

"Laissez-moi d'abord vous écrire la maison... elle est composée d’un rez-de-chaussée et de deux étages. Le rez-de-chaussée est une grande pièce servant à la fois de pièce à vivre et de chambre à coucher. Le premier étage est une unique chambre avec son mobilier et le deuxième un grenier ; salle de bain et WC communs, nous sommes en province, le "confort moderne" n'est pas vraiment important dans notre patelin. Il n’y a qu’une seule issue pour pénétrer dans la maison : la porte d’entrée. Pas de balcon, de terrasse ni quoi que ce soit d'autre."

A l'entendre, Isahe comprit qu'il était affecté par cette affaire, et que les réparations lui coûteraient beaucoup - dans tous les sens du terme...

"On a appelés les gendarmes évidemment... quand ça s'est produit, nous avons décidé d'aller chez les voisin. C'est un peu dur à comprendre, je suppose... Dès leur arrivée, les gendarmes constatent que la pièce du rez-de-chaussée est "de fond en comble bouleversée". "Des morceaux d’assiettes sont à terre près de la cuisinière. Des boîtes à épices, du linge et divers objets sont pêle-mêle sur le parquet. Le marbre d’une table de nuit est cassé en quatre morceaux. Deux bandes de bois de quarante centimètres de long, cinq centimètres de large et trois millimètres d’épaisseurs, sont arrachés du bas du buffet." Voilà ce qu'ils ont noté dans leur rapport. Pour le début."

Le vieillard eut le regard absent, et continua ; cela semblait dur pour lui de se souvenir de cela...

"Les objets et les meubles de chaque pièce sans exception changeaient de place tous seuls… La chambre, la mienne, habituellement bien rangée, était un véritable capharnaüm ; au salon, le fourneau à charbon se déplaçait vers le centre de la cuisine où il fut renversé. J'ai souvent entendu des "grattements" en provenance du buffet et trente minutes plus tard, l’une des portes de ce buffet se fendit en deux. Les lavabos se sont brisés, manquant me faire perdre un oeil... comme s'il avait explosé. Les objets coupants, je les ai jetés. Tous. Parce que ça "décollait" et que ça se plantait dans les murs, près de nous. Les chaises, les tables, tout bougeait, tout !! C'était bien plus que dangereux... Puis d'autres choses sont survenues : dans la salle de bain, des éclaboussures de sang apparaissaient partout puis disparaissaient, comme si... comme si un fantôme en frappait un autre, et que son sang souillait les murs. Je ne sais pas. Je n'ai pas vraiment compris... c'était violent. Les murs porteurs se sont fissurés, et les poutres aussi. Ca allait lâcher. Ca a commencé peu après l'histoire de la balançoire, au début. Nous ne pouvions plus vivre dans cette maison. Nous allions y laisser notre peau, tous."

Le grand'père reprit son souffle, tandis qu'Ishae notait mentalement que cela ne pouvait être un poltergeist... d'ailleurs, il n'y avait pas d'adolescent dans la maison.
Elle secoua la tête, sachant qu'il faudrait agir au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
http://guilde-persona.forum2ouf.com/
Abandon

Grand Sage

Grand Sage



MessageSujet: Re: Les balançoires   Ven 7 Aoû 2009 - 1:00

[meuuh il drague pas voyons, il... Oui bon, il drague un peu. Mais ça vaut le coup non? non?... Bon.]


Le démon croisa le sourcil froncé d'Ishae et contint son sourire. Qui l'avait irritée? La jeune femme incapable de résister à son charme, ou bien le démon qui ne ratait pas une occcasion d'exercer son pouvoir de seduction? Peut-être un peu des deux. Eh bien quoi, il ne fallait pas oublier ses origines! Il était Demon, prince des enfers, et à ce titre, il ne fallait pas compter sur lui pour se comporter comme un moine. Et puis franchement, il c'était remarquablement bien tenu jusque là, alors ce n'était pas un innocent flirt qui allait la mettre dans tout ses états, si? Enfin.

Abandon reporta son attention sur le vieil homme, un sourire légèrement satisfait flottant sur ses lèvres. Il écouta cependant attentivement, mémorisant l'emplacemnt de chaque pièces. Cela leur serait sans doute utile, plus tard. Il était aussi surpris par la violence de la description. C'était beaucoup plus important qu'une simple balançoire oscillante. Du sang... Quelque chose capable de saigner, il pouvait en apprendre beaucoup de sa part. Beaucoup plus que ce qui était normalement possible.

Le démon dû se concentrer pour ne pas se lécher les babines. La traversée de l'océan lui avait ouvert l'appétit, c'était le moins que l'on puisse dire. Mais enfin, pour cela, ils leur fallaient réussir à attraper le remuant locataire de l'honorable Signor Piana. Il reporta le regard sur son enquêtrice et lui adressa un léger signe de tête. Elle était sans doute arrivée àla même conclusion que lui: il fallait faire vite. Il s'inclina légèrement vers le vieil homme et écrasa sa cigarette dans le même mouvement.


"Eh bien, Signor Piana, je pense que c'est un travail à notre mesure."
Revenir en haut Aller en bas
Ishae Kyomu

Divinité

Divinité



MessageSujet: Re: Les balançoires   Ven 7 Aoû 2009 - 22:49

"Eh bien, Signor Piana, je pense que c'est un travail à notre mesure."

Ishae acquiesça sans autre forme de cérémonie, un peu lasse cependant.
Môssieur avait décidé qu'il fallait se bouger, alors autant le faire.
Elle soupira. Elle était injuste... fatiguée aussi. Elle aurait bien voulu se reposer un peu, mais elle était tout autant consciente de l'urgence de la situation que son compagnon démoniaque.

Soudain, elle eut finalement l'idée qu'elle avait cherchée toute la journée, mêlant habilement boulot et repos... enfin, presque.

Elle soutint le regard (encore plus fatigué que le sien) du grand'père et lui sourit :


"Confiez-nous les clefs de votre demeure. Je vous promets que nous vous les rapporterons."

Rien d'autre. Il avait compris et hocha la tête, puis glissa quelque chose dans la poche de la jeune femme dans le même temps qu'il lui donnait ses clefs :

"Ne regardez pas tout de suite. Cela vous portera chance, je vous l'assure."

Ishae ne se méfia pas, ne ressentant aucune mauvaise émanation de l'objet quelque peu moelleux dans sa poche.
Elle savait de quoi il s'agissait : une petite peluche sacrée, chichement créée, qui apporte la chance, protège contre les mauvais esprits et guérit de l'insomnie.
Elle sourit. Outre son efficacité partiellement vérifiée, cela lui faisait chaud au coeur.


L'Enquêtrice alla prendre les affaires dont elle avait besoin dans sa besace de cuir, fit signe à son Avatar de faire de même puis ils sortirent et prirent finalement le chemin menant à l'habitation du vieil homme ; la jeune femme plia le petit plan qu'il leur avait rapidement dessiné, ayant un sens de l'orientation à toute épreuve.

Lorsqu'ils arrivèrent devant la porte, Ishae se sentit glcée et agressée par une force très puissante. Le seul souci étant qu'elle était fatiguée, et ses protections laissaient donc à désirer.
Toutefois, une lueur chaude et protectrice l'entoura soudain. Nara, évidemment. Nara qui ne s'était pas manifesté depuis la fin de leur mission en Russie... comme si...


"Nous y voilà. Restons ici cette nuit pour commencer, nous verrons à coup sûr quelques manifestations dignes d'intérêt.", glissa-t-elle à Abandon.
Revenir en haut Aller en bas
http://guilde-persona.forum2ouf.com/
Abandon

Grand Sage

Grand Sage



MessageSujet: Re: Les balançoires   Dim 9 Aoû 2009 - 18:43

Ishae était fatiguée, mais elle savait qu'il devait faire vite. Le démon se leva et se désintéressai de la conversation, préférant plonger dans sa mallette. Il récupéra sa bague et la glissa à son annulaire, observant la pierre pour l'instant inerte avec un léger froncement de sourcils. Bah, elle se chargerai bien assez tôt. Bien entendu, le vieillard n'avait pas fait de difficulté pour céder ses clefs. La fatigue qui voilait ses yeux ne lui laissait pas d'autre choix. Abandon ôta sa veste et s'équipa d'un holster, y glissa son arme et se rhabilla, tandis que son enquêtrice se préparait.

Ils partirent rapidement pour le lieu du crime, facilement repéré grâce au sens de l'orientation de la jeune femme. A peine arrivés, l'avatar sentit nettement la puissance de la chose qui se terrait à l'intérieur, et la chevalière qu'il portait se couvrit rapidement de reflets luisants, vifs et changeant, marques de l'énergie récoltée par la pierre. Bien sûr, il avait prévu cela, mais pas la vitesse avec laquelle cela ce produirait. Il obligea la bague à lui donner sa récolte et sentit un frisson courir le long de son échine, mêlant excitation et peur. La chose qui vivait là dedans était puissante, mais elle avait tout de même peur d'eux. Peur de Nara, surtout. Et de lui, ensuite. Le brun sourit et se tourna légèrement vers Ishae.


"Je n'en doute pas un instant."


Sans gène, il cueilli les clefs d'entre les mains de la jeune femme et déverrouilla la porte, indifférent à la violente étincelle qui failli roussir la manche de sa chemise. La brulure palpita un instant sur le dos de sa main avant de s'effacer. Il poussa le battant et s'inclina face à on enquêtrice.

"Après vous, Mylady."
Revenir en haut Aller en bas
Ishae Kyomu

Divinité

Divinité



MessageSujet: Re: Les balançoires   Mar 11 Aoû 2009 - 17:33

Effectivement, la chose qui se terrait là-dedans les craignait, et peu importait lequel d'entre eux la faisait le plus frémir.
La peur n'était cependant pas une très bonne chose pour une créature telle que celle-ci, et le souci étant justement qu'il fallait définir la nature exacte de cette chose.

Les morts font pleinement partie de l’espace social des vivants.
Représentant l’antériorité des lignages, ils peuplent les foyers domestiques de leurs descendants. Ce "partage des lieux" se manifeste notamment par l’habitude, revendiquée par les vivants, de rencontrer les morts...
...et c'était cela qui amenait le plus de problèmes.


"Après vous, Mylady."

Pour la première fois depuis leur arrivée ici, elle sourit - et ce malgré la vision de la réaction étrange qui se produisit devant leurs yeux. Elle n'eut aucune hésitation et entra dans la maison à l'air glacé et... mort.
Elle se plaça au centre de la pièce du bas, et commença à se concentrer. D'habitude, après le récit d'un témoin, elle arrivait toujours à définir la nature de la chose... mais là, pas moyen.


* Souvent il advient que quand aucun de nos parents demeurant en pays lointain seront grièvement malades, nous oyrons tomber en la maison des choses qui sembleront pesantes et feront un mervelleux bruit : puis après on trouvera cela être devenu à l'heure mesme qu'iceux parents seront trepasses.*

Quelque chose de noir, invoqué par un être humain.
Cela sentait cette odeur si typique, de terre mêlée et de mort, mais...


* C'est une chose comme ordinaire à quelques-uns que quand une personne doit mourir, ils oyron ouvrir ou fermer les fenestres et les portes, quelqu'un monter par les degrés et autres cas semblables quelquefois un Esprit se montrera dans la maison, ce qu'apercevans, les chiens se jetteront entre les jambes de leurs maistres et n'en voudront partir, car ils craignent fort les Esprits.*

Ce vieux texte ne voulait plus sortir de sa tête... mais outre un vieux parchemin sur la nécromancie, ce texte représentait bien des choses... bien plus qu'une vague à la surface de l'océan.


"...Nécromancie... mais pas totalement."
,
fit-elle à l'attention de son Avatar. "Abandon, j'ai vraiment besoin de ton aide ; il y a eu intervention humaine ici, pas nécessairement pour l'invocation, mais pour aider cette foutue créature à rester ici et amplifier ses pouvoirs. Cherchons partout. Il doit forcément y avoir des talismans, ou des choses du même genre ici - et sans doute bien dissimulés."

Silence, puis :

"As-tu une idée de ce que ça peut être ? Cela ne ressemble pas à tout ce que nous avons croisé jusqu'ici. C'est vraiment étrange..."


Dernière édition par Ishae Kyomu le Jeu 8 Avr 2010 - 18:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://guilde-persona.forum2ouf.com/
Abandon

Grand Sage

Grand Sage



MessageSujet: Re: Les balançoires   Mer 12 Aoû 2009 - 13:16

Il la suivit à l'intérieur, son sourire s'élargissant. Oh oui... Son regard courut le longs des murs, suivants les lézardes et les traces de coups. L'air avait un goût de terre, un goût de soufre... Un arrière goût de sucreries aussi... L'avatar contourna son enquêtrice et avança jusqu'à l'escalier, un sourire jouant sur ses lèvres. Ah oui, vraiment?... Très amusant... Il se fit volteface et fixa Ishae, qui se concentrait, essayant de saisir l'essence de ce qui avait envahi cette demeure. Abandon la laissa faire, même s'il sentait qu'elle allait devoir faire appel à lui.

Et cela le mettait déjà en joie.

Et effectivement, elle lui demanda de se bouger. Le démon eut un ignoble sourire, sorte de rictus qui découvrait ses crocs, où une joie mauvaise se mêlait à une malice malsaine. Il se vouta, se courba, ressemblant brièvement à un ignoble vieux crapaud, et brandit un index autoritaire, s'exclamant avec une voix fêlé de vieillard:


"File dans ta chambre! Et dors! Sinon... Sinon IL va venir! En fait IL est déjà là! Et si je LUI demande, IL viendra t'emporter dans son gros sac, et IL te mangera les doigts! C'est ce qu'IL fait aux sales gosses comme toi!"

Le démon se redressa avec une sorte de craquement et se mit à rire, sans pouvoir s'arrêter, debout non loin de l'escalier, son hilarité l'enlaidissant plus qu'autre chose. Le loup se montrait sous le visage de l'homme. Il se calma lentement, reprenant son souffle. Sans faire attention à Ishae, il leva la tête vers le haut de l'escalier et murmura avec un rien de tendresse:

"Mais il ne t'a pas écouté, pas vrai vieille sorcière..."


Le brun pouffa encore un peu et parut se rappeler qu'il n'était pas seul. Il se tourna à nouveau vers Ishae, comme si rien de tout cela ne c'était passé, et lui adressa un sourire charmant et carnassier.

"Buggeyman. Le Croque-Mitaine si tu préfère... Cette maison a sans doute abrité des générations d'enfants pas sage... Et l'un d'entre eux à finit par se faire boulotter."

Le sourire de l'avatar était sans ambiguïté: le fait qu'un enfant ai fini dans l'estomac d'un monstre -voir pire- semblait beaucoup l'amuser. Sans doute parce que ce genre de chose arrivait rarement en réalité. La plupart des parents avaient des remords et ne lâchaient jamais vraiment la bride à leur épouvantails. Mais celui là... Celui là avait réussit à en dévorer au moins un, et cela l'avait mit en appétit. même si cela n'expliquait pas les bagarres, Abandon était sûr de lui. L'étages leur révèlerait sans doute le reste. Sinon... Eh bien, ils descendraient à la cave, n'est ce pas? Il n'avaient pas peur du noir...
Revenir en haut Aller en bas
Ishae Kyomu

Divinité

Divinité



MessageSujet: Re: Les balançoires   Mer 12 Aoû 2009 - 16:03

Incrédule, Ishae regarda son Avatar faire, se doutant... qu'il savait ce qu'il faisait.
Ce n'était pas comme si elle avait le choix, de toute manière !

En revanche, elle fut intéressée par ses explications, et chercha mentalement ce qu'était déjà qu'un "croque-mitaine"... ne trouvant pas la réponse immédiatement (à cause de cet étrange appellation), elle plongea la main dans sa besace.


* Le croque-mitaine est un personnage maléfique dont on parle aux enfants pour leur faire peur et ainsi les rendre plus sages.
Son rôle est souvent de marquer les interdits sur des moments, ou des lieux, considérés comme dangereux : en premier, la nuit, traditionnellement dévolue aux démons et aux mauvais esprits.
Un croque-mitaine peut se dissimuler aux abords d'un cours d'eau ou d'un étang, afin de noyer les imprudents. Dans les régions où l'hiver peut être rigoureux, un croque-mitaine mange le nez et les doigts de l'enfant (les parties du corps les plus exposées aux gelures).
La crainte provoquée par la menace de tels personnages crée une peur qui n'a plus besoin d'être motivée : le croque-mitaine se cacherait sous le lit ou dans le placard et attendrait qu'un pied ou une main dépasse du lit pour tirer dessus, l'enfant serait alors aspiré sous le lit et disparaîtrait pour toujours.
Les croque-mitaines existent dans l'imaginaire de tous les pays. Leurs noms sont extrêmement variables et, sauf quelques particularités qui permettent de les identifier, leur aspect est assez mal défini, ce qui, dans une transmission orale, permet à chacun de s'imaginer un être d'autant plus effrayant : homme, femme, animal (le loup joue parfois le rôle de croque-mitaine), ou même une créature fantasmatique.
Des personnes réelles et vivantes (âgées, au physique inquiétant, ou vivant en retrait de la communauté) endossent souvent, involontairement ou pas, la personnalité du croque-mitaine pour menacer les enfants.
L'essentiel étant d'y croire.
À cet égard, le croque-mitaine, supposé être une réalité pour être efficace, entre peu dans les contes de la tradition orale, qui sont en principe acceptés comme des fictions par les auditeurs, ni les légendes, considérées comme vraies mais constituées d'un récit plus ou moins précis. Le croquemitaine se situe à la lisière, les uns (les parents) ne croyant pas à sa réalité, les autres (les enfants) étant persuadés de son existence.*


La jeune Enquêtrice reposa le bouquin qu'elle emmenait toujours avec elle dans ce genre de mission.
A dire vrai, elle connaissait cette créature... il existait aussi au Japon, ou du moins le faisait-on croire. Mais Ishae ne se doutait pas que cette chose fût aussi agressive de par chez elle qu'ici ou en Europe... étonnant.

Et elle ne la craignait pas.
Déjà parce qu'Abandon était ici, mais surtout Nara qui veillait tranquillement. Le moindre écart de conduite de cette chose, et elle s'en repentirait.

Pour le reste, elle n'était franchement pas du même genre que ces bonnes femmes qui pleurent sur le sort d'enfants, loin de là.
Son enfance n'avait même pas mérité un tel nom, et elle n'aimait franchement pas les gosses... bruyants, quelquefois sales... Il était clair qu'avoir un enfant n'était absolument pas dans ses priorités - et ne le serait sans doute jamais. Elle aimait trop sa liberté et son boulot pour cela.
Donc, l'histoire de l'enfant "boulotté" ne la perturba pas plus que cela. Ils n'étaient pas là pour s'apitoyer, mais bien pour chasser.


"Comment procédons-nous, dans ce cas ? Comment souhaites-tu la débusquer ?", demanda la jeune femme en insistant bien sur le "TU". "Donc... nous devons également chasser deux choses : la créature en elle-même... et sa victime, non ?"

En effet, ce genre de chose n'était pas vraiment son rayon ; de plus, cela semblait follement amuser Abandon, et elle avait bien envie qu'il se défoule un peu, pour une fois.
Elle resterait quelque peu en arrière pour l'assister, et ce serait tout.
Revenir en haut Aller en bas
http://guilde-persona.forum2ouf.com/
Abandon

Grand Sage

Grand Sage



MessageSujet: Re: Les balançoires   Jeu 13 Aoû 2009 - 17:11

Il remarqua qu'elle insistait sur le pronom. "TU" vas la débusquer. Bien entendu. Il allait donner la chasse à celui qui se terrait dans les coins, dans les placards, sous les lits. Le démon posa un doigts sur ses lèvres et fit un clin d'œil à son enquêtrice, avant de se tourner vers l'escalier. C'était un jeu pour lui. Un jeu de gamin. Existait il meilleur moyen pour attraper un mangeur d'enfants? Le démon posa un pied léger sur la première marche et disparut à l'étage. Les dégâts étaient encore plus prononcés, si c'était possible. Le sol semblait avoir été labouré par d'énormes griffes, plusieurs canalisations avaient littéralement explosées. Le brun avançait doucement, sans faire de bruit. Une fenêtre grinçait, au fond du couloir. Concentré, Abandon chantonnait doucement, le sourire aux lèvres.

"Don't fret precious I'm here, Step away from the window..."


Ses pas le menèrent dans la salle de bain. Il poussa doucement la porte et jeta un regard à l'intérieur, découvrant un miroir fendu et les fameuses traces de sang. Il y posa un index délicat et esquissa une grimace en sentant la peur panique qui en émanait. La petite pièce était dans un désordre effarant, mais il n'y avait personne. L'avatar ressorti et passa à la pièce suivante.

c'était une chambre, plutôt grande, avec un lit double. Elle semblait plutôt épargnée, mais Abandon contrôla tout de même le placard. La poignée refusa de céder sous ses doigts. Le démon sourit et retroussa ses manches, barbouillant de sang le plancher et la serrure. Au bout de quelques minutes, celle-ci céda avec un faible craquement. Abandon ouvrit la porte, prêt à attaquer. Mais ce placard ne recelait rien de dangereux. Il contenant une petite chose tout tassée sur elle-même, grise comme la poussière du sol. Abandon plongea sa main dans le placard et saisit la petite chose, qui lâcha un gémissement.


"Non non non, je ne veux pas y aller, je ne veux pas y aller, je ne veux pas aller diner avec lui..."


Le brun fronça les sourcils, sans lâcher l'ombre qui sanglotait de terreur. Si cette petite chose était là, celui qu'il cherchait n'était pas loin. Il s'accorda quelques seconde de réflexion, puis lâcha sa proie. Il s'accroupit à son niveau et prit sa voix la plus douce.


"Reste ici, dans le noir. Je vais m'occuper du Buggeyman..."

Il referma la porte et la scella à sa manière. Il restait une porte, déjà entrouverte. la fenêtre grinçait toujours. L'avatar entra vivement et ferma la fenêtre d'un coup sec. Le silence qui s'abattit dans la pièce était assourdissant. Abandon sourit et se tourna vers le centre de la pièce.

"Petit petit petit... Sort de ta cachette... Le grand méchant loup est là..."


Était-ce un frémissement, sous le lit? Abandon y plongea le bras et tira, arrachant de sous le sommier une créature bossue qui crachait des injures.



Abandon se mit à rire et le traina au centre de la pièce, brisant la lanterne au passage. Le croque-mitaine se débattit de son mieux, frappant le démon à coups de bâton partout où il pouvait l'atteindre. Abandon ne lui prêta aucune attention et plongea ses crics dans la gorge décharnée. Ses redoutable mâchoires se refermèrent sur du vide et claquèrent avec un bruit sinistre, tandis qu'un hurlement de rire secouait la maison.

"Tu ne me trouveras pas sale cabot! la vieille folle savait ce qu'elle faisait! tu ne me trouveras pas!"

Le hurlement s'éteignit, et Abandon grogna. Oh, si, il allait le trouver. Il redescendit et rejoignit Ishae au centre de la pièce, sur le tapis éliminé. Les relents de mort était pus fort à cet étage. Nécromancie, avait elle dit... Une idée se fraya un chemin dans on esprit, et il retrouva son sourire.

"Il y a une ombre à l'étage, je l'ai scellée dans un placard pour l'instant. C'est le petit boulotté. Mais ce buggeyman a été invoqué étrangement, comme s'il était enchaîné à la maison. Je me demande..."

son regard se posa sur le tapis.
Au centre de la pièce.


"Ishae, il faut bouger cet infâme tapis. Tout de suite."
Revenir en haut Aller en bas
Ishae Kyomu

Divinité

Divinité



MessageSujet: Re: Les balançoires   Dim 16 Aoû 2009 - 3:41

Observant attentivement le moindre geste de son Avatar, elle sourit en retour à son geste amusé et amusant.
Elle était persuadé que ça allait l'amuser, quand bien même c'était dangereux ; le danger, c'était de son ressort, les monstres mythologiques ou imaginaires l'étaient tout autant.

Mais pas Ishae.

Non que cela ne l'amuse pas (même si elle prenait toutes ses tâches très au sérieux), mais elle était plus experte dans le monde de la démonologie, des esprits et de l'Au-Delà (ou tout ce qui s'en rapprochait).
Pas question pour elle d'aller traquer le monstre de contes noirs sous un lit, aussi se contenta-t-elle d'attendre...


"Don't fret precious I'm here, Step away from the window..."

Cette chanson, surtout chantée par son Avatar, était non seulement connue mais plutôt... flippante, si elle pouvait se le permettre.
Comme hypnotisée et sans qu'Abandon ne l'entende, elle continua la mélopée d'un air un peu absent...


"...Go back to sleep
Lay your head down child
I won't let the boogeyman come
Counting bodies like sheep
To the rhythm of the war drums
Pay no mind to the rabble
Pay no mind to the rabble
Head down, go to sleep
To the rhythm of the war drums..."


Quelque chose ici lui soufflait cette chanson. C'était étrange. La poigne était invisible mais griffue et plutôt puissante...


"Tu ne me trouveras pas sale cabot ! la vieille folle savait ce qu'elle faisait ! tu ne me trouveras pas !"

...jusqu'à ce qu'Abandon revienne au rez-de chaussée.
Quel... quel avait été ce cri de défi ??
Son Avatar lui expliqua brièvement ce qu'il venait de faire (excellent boulot, comme on pouvait s'y attendre), et dit à la jeune femme :


"Ishae, il faut bouger cet infâme tapis. Tout de suite."

Le tapis...?
L'Enquêtrice secoua la tête, revenant peu à peu à la réalité ; un démon comme Abandon était en sécurité ici, mais pas vraiment elle qui était certes mentalement solide, mais relativement faible aussi à cause de ses pouvoirs médiumniques... Elle les attirait à elle.
Cependant, Nara l'avait enveloppée d'une sphère protectrice (ce qu'elle ne réalisa que lorsque son Avatar revint à ses côtés), sphère qui avait aussi pour effet de la reposer voire de l'endormir un peu... ce qui expliquait ses réactions étranges.
Mais dans l'ensemble, cela avait bien fonctionné.

Alors, elle se pencha au sol et constatant que ladite carpette ne bougeait pas d'un iota, elle confectionna vivement un Talisman de Feu et l'apposa sur celui-ci. Il s'enflamma d'un coup sans atteindre le plancher.

Et en-dessous, se trouvait une trappe...
Ishae regarda Abandon d'un air interrogateur, sentant de nouveau la sphère protectrice rejaillir autour d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://guilde-persona.forum2ouf.com/
Abandon

Grand Sage

Grand Sage



MessageSujet: Re: Les balançoires   Mar 18 Aoû 2009 - 16:57

La carpette ne bougeait pas. Toujours efficace, Ishae la fit bruler -en quoi on ne pouvait la blâmer, cette chose était vraiment immonde, et d'un gout plutôt douteux...- révélant du même coup une trappe. Le démon sourit plus largement. Une cave hein... Une endroit noir, humide, empli de bruit furtifs, d'odeurs étranges et familières à la fois... Un endroit où personne ne vous entend crier... Un endroit où il vaux mieux faire attention à sa chandelle. Mais bien entendu, Abandon n'avait pas peur du noir. Ni des bruits d'ailleurs. Il fit glisser ses doigts le long de l'ouverture, provoquant un jaillissement de fumée noirâtre, dont la saveur âcre restait sur la langue. Il secoua doucement la tête, avec une sorte d'indulgence amusée, et retroussa à nouveau ses manches.

Le sang se mit rapidement à couler, grésillant contre le bois de la trappe. L'avatar s'enduisit les doigts et traça un glyphe bien connu des suceurs pour venir à bout des portes récalcitrantes. Il travaillait lentement, pour le plaisir du travail bien fait. Le bois se mit à vibrer, de plus en plus fort, jusqu'à ce que la porte s'ouvre brutalement, manquant de lui briser la mâchoire. Il observa un instant le rectangle noir qui s'ouvrait dans le sol, libérant cette obsédante odeur de mort et de sucreries. Sans attendre Ishae, il se glissa dans les ténèbres.

La cave était faiblement éclairée, par un lumignon qui peinait dans l'atmosphère confiné, incapable d'éclairer les murs. La pièce semblait s'étendre à l'infinie, dans le noir. L'avatar inclina légèrement la tête et tourna le dos à la lumière.


"Loup y es tu? m'entend tu?"

"Je suis là, mais tu ne me trouveras pas!"

L'avatar ricana silencieusement et se redressa, rejetant ses épaule en arrière.

"Et si on jouait à un jeu...?"

Il ressentit un violent choc entre les omoplates, tandis que la voix caquetante du croque-mitaine parvenait à ses oreilles.

"C'est toi le chat!"

Le démon se mit à rire et se fit loup, ses sens aiguisés lancé à la poursuite de sa proie. Je suis le loup, et si je t'attrape...
Je te mange!

Le fauve se mit à courir, projetant de la terre battue derrière lui. Ses pattes puissantes lui permettait de courser le monstre des contes, mais pas de l'attraper... Pas encore, du moins. Il fallait trouver ce qui lui donnait cette puissance hors norme. Abandon se mit à harceler le Buggeyman, l'obligeant à zigzaguer, à couvrir toute la cave dans sa course. Il le suivait, plus tenace qu'une ombre, jusqu'à ce que tout deux se cognent à une mur invisible et élastique qui les projeta en arrière. Abandon se redressa et épousseta, à peine décontenancé par son brusque retour à la condition de bipède. Il s'avança lentement, une main tendue. Il retrouva le mur et grimaça un sourire.


"J'aurai du m'en douter..."

Il recula d'un pas, se pencha légèrement et gonfla ses poumons. Son souffle balaya la poussière et révéla ce qui l'avait empêcher de passer: un immense cercle d'invocation, à la fois verrouillé pour protéger son créateur et pour empêcher la chose d'en sortir à sa guise. Il avait été tracé par quelqu'un qui s'y connaissait, et qui possédait de réels pouvoirs, mais la main qui avait fait cela était vieille, très vieille... Il y avait forcément un défaut. Il entreprit de contourner le dessin, une main frôlant la paroi de protection. Arrivé de l'autre coté, il sentit une faille. à ses pieds, le trait était interrompu.

Délibérément.

Le démon soupira.

"Sacrée vieille folle... Où sont tes os?"

Le ricanement du croque-mitaine le tira de ses réflexions. Le jeu était toujours en cours. Conclusion: Ishae allait devoir mettre la main à la pâte. L'invocation, elle maitrisait non? Il retourna dans la lumière.

"Ishae! Il y a un cercle d'invocation ici. Et il a été volontairement brisé. J'ai besoin que tu le désactive pour attraper la sale bête. Prend une torche, et surtout..."


Il marqua une pause et eut un sourire féroce.

"Quoique tu entende, surtout, évite de te retourner."

Il redevint loup et l'attendit, impatient de la guider jusqu'à ce satané dessin, pour ensuite enfin pouvoir faire sa fête à la chose qui ricanait là-bas, dans l'ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Ishae Kyomu

Divinité

Divinité



MessageSujet: Re: Les balançoires   Mer 19 Aoû 2009 - 23:33

Abandon savait ce qu'il faisait, et ce à quoi il avait à faire.
La jeune Enquêtrice le vit se faire avaler par les ténèbres de cette cave douteuse, sans compter les odeurs qui en sortaient...

Ishae attendit patiemment que son Avatar lui demande d'intervenir ; elle savait où était sa place, ce qu'elle savait faire... tout autant que ce qu'elle ne savait pas faire.
C'était cela qui la différenciait de pas mal d'autres personnes - cette conscience aigüe des choses, et son attitude humble vis-à-vis de tout cela.

Outre quelques paroles échangées (et pas des plus agréables, soit dit entre eux), la jeune femme entendit pas mal d'autres bruits suspects. Mais elle restait là, stoïque, attendant le moment.


"Ishae! Il y a un cercle d'invocation ici. Et il a été volontairement brisé. J'ai besoin que tu le désactive pour attraper la sale bête. Prend une torche, et surtout..."

"Et surtout"...?

"Quoique tu entende, surtout, évite de te retourner."

Elle acquiesça simplement, nullement impressionnée, et décida de passer au niveau supérieur.
Aucune erreur n'était permise, que ce soit dans une affaire banale comme dans un piège comme celui-ci...
Elle réfléchit peu de temps, retrouva immédiatement ce dont elle avait besoin mentalement et se mit à incanter rapidement, presque en chuchotant :


"OM HRÎM SHRÎM KLÎM GLAUM GAM Ganapataye Varavarada sarvajaname vashamanâya svaha... Namo Ganapate tubhyam Herambâyaikadantine svânandavâsine tubhyam brahmanaspataye namaha Suklâmbaradharam devam sasisûryanibhânanam prasannavadanam dhyâyet sarvavighnopasântaye Namastamai Ganeshâya brahmavidyâpradâyine yasyâ gastayate nâma vighnasâgarasosane..."

D'abord, le Don de Soi... partager sa vie, tout ce que l'on possède, pour que les forces plus importantes lui accordent du pouvoir... une brèche dans le temps.
Tout le reste n'était qu'une question de chant, de phrasé, destiné à lui accorder encore plus de temps et de pouvoir.
Le dernier mot scella le tout, et Ishae ouvrit les bras, laissant échapper une lumière étonnamment puissante.
Bientôt, une silhouette apparut à ses côtés, souriant calmement ; la matérialisation de Nara était ici nécessaire voire vitale.

Ils descendirent tous deux dans la cave, et découvrirent finalement le cercle ; tracé avec soin et maîtrise, il ne résisterait cependant pas longtemps à une autre invocatrice bien plus puissante - la main démoniaque de l'Onmyouji qu'était Ishae.


Elle retira son gantelet sous l'oeil attentif de Nara qui d'un simple revers de la main la protégeait de tout, traça vivement un nouvel idéogramme avec son sang et recommença à incanter :

"...NAMO RATNA TRAYAYA/ NAMAH ARYA JNANA SAGARA/ VAIROCHANA/ VYUHA RAJAYA/ TATHAGATAYA/ ARHATE/ SAMYAKSAM BUDDHAYA/ NAMAH SARVA TATHAGATEBHYAH/ ARHADBHYAH/ SAMYAKSAM BUDDHEBHYAH/ NAMAH ARYA AVALOKITESHVARAYA/ BODHISATTVAYA MAHASATTVAYA/ MAHAKARUNIKAYA/ TADYATHA/ OM/ DHARA DHARA/ DHIRI DHIRI/ DHURU DHURU/ ITTI VATTE/ CHALE CHALE/ PRACHALE PRACHALE/ KUSUME/ KUSUME VARE/ ILI MILI/ CITI JVALAM/ APANAYE SVAHA..."

Les invocations, certes longues, ne prenaient pas plus de dix secondes à Ishae. Le cercle explosa littéralement, puis Ishae captura les poussières qui restaient sur place - les enfermant dans un tube de verre qu'elle avait toujours dans sa besace.
A présent, le champ était libre pour Abandon, ce que la jeune femme lui signifia d'un signe de tête impatient ; au vu de l'efficacité et de l'enthousiasme manifeste de son Avatar, l'affaire risquait d'être on ne peut plus intéressante pour eux...
Revenir en haut Aller en bas
http://guilde-persona.forum2ouf.com/
Abandon

Grand Sage

Grand Sage



MessageSujet: Re: Les balançoires   Jeu 20 Aoû 2009 - 17:06

Elle avait emmené Nara avec elle. Le loup gratta le sol et désigna le cercle avant de se fondre dans les ténèbres. Ishae savait ce qu'elle avait à faire. Le démon assourdit son pas et renifla l'air, cherchant l'odeur sale et sucrée du croque-mitaine. dans cette histoire là, il n'y aurait pas de chasseur pour tuer le loup... Et le petit chaperon était singulièrement laid. Mais enfin, tout ce qui comptait, c'était la fin, n'est ce pas? L'avatar accéléra, se demandant quel goût pouvait bien avoir la bestiole. Parce qu'il allait la boulotter, et plutôt deux fois qu'une. Et rien ne l'en empêcherait.

Rien? Un battement syncopé montait à ses oreilles, comme un cœur, où quelque chose d'approchant. Comme dans ce fichu boyau, en Russie. Le rythme de sa course, ralentit, s'adapta. Il entrait dans le bois, si l'on peu dire. Les ombres dansèrent devant lui, se réarrangeant suivant un motif qui lui semblait familier. Dans une petite, toute petite cave, un chien dors sur le dos... Abandon cessa de courir et s'allongea sur la pierre froide, les yeux mi clos. Des chaines de fer autour de ses pattes... Il les sentaient battre doucement contre ses flancs... Et il entendait le ricanement du buggeyman.

Allez, viens, plus près, plus près... Dans une petite, toute petite cave, un chien dors sur son dos... Chaines de fer autours de ses pattes... Allez... Approche mon mignon, approche toi, viens plus près, un petit peu plus près... Le chien dors sur le dos, des chaines autour de ses pattes.. Le croquemitaine cessa de lui tourner autour et se mit à sautiller sur place, chantonnant de sa vois de crécelle, chacun de ses sauts le rapprochant du loup immobile. Dans une toute, toute petite cave... Viens... Un chien dors sur son dos... plus près... Des chaines de fers autour de ses pattes... Juste là...

Les mâchoires monstrueuse d'Abandon se refermèrent sur le bras de la créature, l'engloutissant tout entier. Le sang lui barbouilla les babines, dessinant un large sourire sur son museau. Le monstre des contes lâcha un cri perçant et recula précipitamment.


"C'est pas juste, c'est pas juste, c'est pas JUSTE!"


Abandon ricana doucement et se redressa à demi, le poitrail taché de rouge. Il s'avança vers le croquemitaine, babines retroussées. Il avait sentit l'explosion du cercle, lui aussi...

"Tu connais la fin du conte, mon mignon petit chaperon? La vraie fin?"


Il tremblait à présent, pitoyable vieillard brandissant sa badine, cinglant les flanc de la bête dans une vaine tentative pour le repousser. La gueule du loup s'entrouvrir et un chuchotement presque joyeux s'en échappa, tandis qu'il avançait inexorablement.

"They come to hurt him every day
To stomp him back into a crouch
They will never quite cut through
Cause he's got a little piece of you..."


Les crocs d'Abandon luisaient dans le noir. Le bâton tomba au sol avec un bruit sourd, tandis que le loup ouvrait démesurément les mâchoires... Jusqu'à engloutir le monstre. Tout entier avalé. l'avatar se lécha les babines et s'assit, observant la cave. Cela avait été long, mais...

"The time gets longer every day
But he sits there smiling in his cave..."


Le loup s'ébrouta et brisa ses chaînes, devenues aussi fragiles que du sucre filé, et rejoignit Ishae. Dans sa gorge flottait un gout de sucre d'orge et d'araignée.
Revenir en haut Aller en bas
Ishae Kyomu

Divinité

Divinité



MessageSujet: Re: Les balançoires   Ven 21 Aoû 2009 - 1:32

"...But he's purring loud enough to snap
I see blood around his snout..."


Fascinée, la jeune femme n'arrivait plus à bouger.
Le spectacle qui s'était offert à elle n'était sans nulle autre comparaison... Abandon avait agi comme il le fallait. Il avait parlé le langage de ce monstre, et lui avait fait subir son propre traitement.


"...A smile that's bigger than his mouth
They come to hurt him every day
To stomp him back into a crouch
They will never quite cut through
Cause he's got a little piece of you..."


Lorsque le loup revint vers elle, Ishae réalisa qu'il n'y avait pas eu que cela dans cette étrange maison.
Qu'il y avait eu tant de choses ici que cette demeure avait une bien étrange emprise sur elle.


"...The time gets longer every day
But he sits there smiling in his cave
They will never quite cut..."


Elle secoua la tête, se perdit de nouveau dans ses pensées malgré sa force intérieure et Nara qui luttaient pour la "réveiller".


"...Fall asleep and dream.
Salt in your skin
That leaves a small scar
It sits there in time
A red shiny star..."


Finalement, l'être si puissant qui veillait sur elle et la protégeait activement revint dans le corps de l'Enquêtrice, englobé par la même lumière chaude et fascinante.
C'était sans doute le meilleur moyen de continuer, de la réveiller pleinement.

Regardant son métamorphe de compagnon, Isahe sourit faiblement et dit simplement :


"Sortons d'ici. Ce qui se passera à l'avenir ne nous concerne plus, en tous les cas. Et... excellent boulot. Merci."

Puis elle emprunta l'échelle menant au rez-de-chaussée, regarda d'un air absent les dégâts dans la maison et ouvrit la porte, respirant avec soulagement l'air frais du soir.
Revenir en haut Aller en bas
http://guilde-persona.forum2ouf.com/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Les balançoires   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les balançoires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Bienvenue Black.Acid.Vaseline [BAVe]
» Retrouvailles et chats dans la gorge [Pv : Clem]
» Cristobal Torres, El Loco
» Fin du RP : Stairway to heaven {Ok}
» Entre un tobogan et une balançoire [ Bastet ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haunted Walks Co. :: AMERIQUE DU SUD-