AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sous les toits italiens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Sous les toits italiens   Mar 23 Juin 2009 - 17:31

Appuyé contre la vitre, Keenan rongeait son frein. Il fixait sans les voir les ruelles de la ville où il avait élu domicile, tendu. Il n'avait aucune confiance dans l'homme qui lui louait sa mansarde, et savait qu'un jour où l'autre il serait vendu au plus offrant, et cela le mettait en rage. Il s'éloigna de la fenêtre et se remit à faire les cents pas, tachant d'oublier la sensation de manque qui lui rongeait les entrailles. L'absence de sa sœur lui pesait. Il se sentait réduit de moitié, affaibli. Il cessa de marcher et s'assit au bord du lit, considérant avec un vague dégoût la pièce où il vivait. Elle était très peu meublée, et un peu poussiéreuse.
La veste grise qu'il avait abandonné sur le seul tabouret disponible n'aidait pas à alléger l'atmosphère. Il soupira et secoua la tête, ses cheveux presque blanc lui tombant sur les yeux. Par habitude, le jeune homme glissa une mèche derrière son oreille, le regard posé sur la porte.

Cette pièce était étouffante, en plus. Sous les toits. Il tendit le bras et attrapa son étui. Le mince fourreau de cuir sanglé contenant un objet qui lui tenait à cœur: sa lance, couverte de symbole qu'il ne pouvait pas livre mais qu'il comprenait, quelque part. Le manche de cette arme était rétractable, aussi elle pouvait facilement passer pour un poignard au long manche. Keenan frôla le tranchant d'un air absent, et fit la grimace en sentait le fil de la lame s'enfoncer avec une prodigieuse aisance dans sa peau. Il essuya la lame et le bout de ses doigts avant de ranger la lance. Le mouchoir taché de brun fut soigneusement roulé en boule et fourré dans son pantalon.
Il était vêtu comme un humain: jean et tshirt. Niane gardait des vêtements de cérémonie dans son refuge, sans qu'ils sachent vraiment pourquoi. Niane... A l'instant où il pensa à elle, il sentit sa moitié de sceau se réchauffer brièvement. Même à cette distance, leur pensées se croisaient. Il s'évada vers l'Irlande, en esprit tout du moins, oubliant pour un moment la chaleur Italienne.
Revenir en haut Aller en bas
Irina

Admin

Admin



MessageSujet: Re: Sous les toits italiens   Jeu 23 Juil 2009 - 20:33

[SUITE DE CE SUJET]



Sha Renkyô lui avait expressément demandé de trouver un certain Keenan, sans lui donner plus d'explication que cela au début.
Par la suite, lorsqu'il était retourné la voir (avant qu'elle ne parte), il lui avait expliqué certaines choses.

Pour sauver sa propre soeur, ce jeune homme avait été contraint de s'exiler de leurs terres d'origine et de se réfugier dans cette ville d'Europe très peuplée et bruyante.
Son caractère méfiant en faisait un être difficile à aborder, ce qui était plus que compréhensible : réduit à l'état de simple fuyard, traqué par des gens malintentionnés et malhonnêtes, le dénommé Keenan était à présent obligé de se méfier de tout venant...

Avaient suivi alors d'autres indications, claires mais concises, du maître bien-aimé de la Démone Araignée.
Irina avait compris, et était prête à partir. Quelques Talismans d'Illusion en poche (plus quelques autres pour Keenan, si elle réussissait à le convaincre), elle se mit en route et sortit en ville.
De Rouen, elle prit alors le bateau pour un voyage relativement long jusqu'au port italien de La Spezia. Il s'agissait d'un petit bateau de plaisance n'attirant nullement l'attention, spécialement dépêché pour elle par les services du HWI ; en conséquence, il s'agissait là d'un voyage sécurisé.

Lorsqu'elle arriva en Italie, la jeune femme fut frappée par la chaleur du pays. Peu lui importait, il lui fallait se hâter avant que quelqu'un d'autre ne trouve Keenan...
Elle loua un taxi, et donna les indications au chauffeur. Le voyage toucha à sa fin après quelques trois heures de route.

La journée touchait à sa fin lorsqu'Irina fut en vue de l'immeuble sordide qui servait d'abri provisoire au jeune homme.
Sans un bruit, avec une rapidité indécelable pour des yeux humains, elle sauta lestement sur les toits et s'approcha alors de la fenêtre qui l'intéressait.
Elle l'observa alors, se rendant compte de la tension qui émanait de lui, surtout lorsqu'il toucha un étui mystérieux...

...L'avait-il vue ? Avait-il seulement perçu sa présence ?
Pour les humains normaux comme pour pas mal de créatures surnaturelles, Irina passait inaperçue - sans doute à cause de sa nature réelle.
Cependant, il fallait qu'il la voie. Et qu'il ne la perçoive pas comme une ennemie, au contraire.
Accroupie sur les tuiles brûlantes, elle frappa doucement à la fenêtre de l'appartement, et attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Sous les toits italiens   Ven 24 Juil 2009 - 12:38

Le jeune homme s'était étendu en travers du lit, écrasé par la chaleur, malgré sa brève incursion dans les pensées de sa sœur. Non, incursion n'était pas le mot juste. Pourtant, pour quelques trop courts instants, il avait à nouveau sentit autour de lui la douce fraîcheur de l'Irlande... Le retour en Italie avait été un véritable coup de maillet, et il enrageait d'autant plus d'être coincé ici. Il ne pouvait faire confiance à personne, la température exacerbait son énervement et une douleur sourde lui grignotait les entrailles en permanence... Keenan avait l'impression d'être tout le temps au bord de l'explosion, mas la chaleur l'accablait trop pour qu'il puisse bouger.
Pus tard, beaucoup plus tard, lorsque la nuit serait enfin un peu plus fraîche, il ouvrirait la fenêtre, et surveillerait la rue, assit au bord du toit. Jusqu'à l'aube, et alors il rentrerait pour dormir quelques heures, d'un sommeil vigilance. Et tout recommencerait, la chaleur, l'énervement, jusqu'à ce que la nuit arrive à nouveau. Il en avait assez. Il voulait savoir qui était précisément ses poursuivant, il voulait les anéantir, et pouvoir retrouver sa Niane, sa soeur. Il se redressa sur un coude et fixa la porte d'un œil noir. Il haïssait chaque centimètres carré de ce refuge sordide. Un refuge plein d'araignées.

D'araignées...? Il tourna la tête à l'instant où l'on toqua à sa vitre. Une forme se tenait là, accroupie sur les tuiles brûlantes. Avant même de réfléchir à ce qu'il avait vu, Le jeune homme avait attrapé son arme et atterri souplement au sol, les jambes à demi plié, les muscles tendus. Ses yeux luisant détaillèrent la menace, et il se détendit légèrement. Une femme. Enfin, c'était tout comme. Pourquoi avait il eut la sensation d'être en présence d'une arachnide...? Il se rapprocha avec précaution de la vitre, sans lâcher son arme. Ses poursuivants, tous sans exception, étaient des hommes. Dans ce cas, qui était-elle? Amie ou ennemie? Il resta un instant silencieux. Un ennemi ne se donne pas la peine de frapper avant d'entrer. Keenan déverrouilla la fenêtre et recula de quelque pas, tenant toujours fermement sa lance, gardant toute fois son manche à sa taille minimale
.

"Qui êtes vous? Que voulez vous?"

Sa voix, malgré sa musicalité, avait claqué comme un fouet.
Revenir en haut Aller en bas
Irina

Admin

Admin



MessageSujet: Re: Sous les toits italiens   Ven 24 Juil 2009 - 19:57

Il était aux aguets. Il était épuisé mais plein de ressources...
Ayant tiré son arme, il avait ouvert la fenêtre et lui avait demandé qui elle était. Même si cette question voulait dire bien plus.


"Qui êtes vous? Que voulez vous?"

La jeune femme esquissa un doux sourire, non pour se moquer ni pour défier comme certains aimaient le faire, mais plutôt pour le rassurer.
Elle se contenta également de lui faire un petit signe, et sans un mot elle repartit en flèche dans l'obscurité.

Parcourant les rues qui à présent commençaient à s'assombrir, elle repéra bien vite ce qu'elle cherchait : un petit restaurant où ils vendaient de la nourriture à emporter.
Sans être vraiment habituée aux moeurs humaines, Irina en connaissait l'essentiel. Et elle savait que partager un bon repas était une meilleure chose que tous les mots possibles.

Elle jeta un coup d'oeil au menu affiché dehors :


Hors-d’oeuvre - Antipasto
Entrée Chaude - Primo Curso (pâtes, riz, gnocchi, polenta…)
Plat de résistance - Secondo Curso (viande ou poisson)
Garniture - Contorno (peut être servis avec le plat de résistance)
Fromages - Formaggio
Dessert - Dolce
Café Expresso - Caffè Espresso
Digestif - Liquore (sgroppino, grappa…)

Elle acheta alors le plus facile à transporter (le Primo Curso, le Contorno, du fromage, deux parts de Tiramisu, du café chaud que le restaurateur lui mit dans une bouteille en plastique et une petite bouteille de digestif...), et se remit vivement en route avec son paquet.
Il ne lui fallut que peu de temps pour retourner à son point de départ, et cette fois elle entra doucement, gracieuse et élégante, et posa délicatement la nourriture sur la petite table de la chambre.


"Mangeons.", dit-elle simplement au jeune homme en souriant. "Nous aurons tout le temps de parler pendant le repas. Ceux qui vous traquent ne seront pas là immédiatement."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Sous les toits italiens   Dim 26 Juil 2009 - 20:49

Elle n'avait pas l'air particulièrement agressive. Mais il se méfiait tout de même, et observait le moindre de ses gestes avec attention. Elle n'entra pas, mais sourit. Légèrement surpris, Keenan ne réagit pas lorsqu'elle disparut dans le crépuscule. Un bref instant, il se demanda s'il n'avait pas rêvé. Cette femme, surgissant brusquement à sa fenêtre et s'évaporant tout aussi vite, c'était l'événement le plus surprenant de son séjour italien. Enfin, le jour tombait, et avec lui la chaleur. Le jeune homme laissa la fenêtre ouverte et se laissa caresser avec gratitude par le vent du soir.

Il se détourna lentement et s'assit sur le lit, reposant son arme à ses côtés, l'oreille tendue, écoutant les pas de son logeur dans l'escalier. Le crépuscule, ce moment qu'il espérait et redoutait. Le bruit sourd passa devant sa porte sans s'arrêter. Il avait gagné une journée de sursis. L'humain ne l'avait toujours pas vendu. Sans doute faisait il monter les enchères... Keenan n'avait aucune confiance dans les hommes, et celui-là particulièrement. Il le pensait capable de vendre n'importe qui, pourvu qu'on lui en donne un bon prix. Sale engeance, vermine, porc...

L'attention du blond fut brusquement happée par de légers bruits, sur le toit. Il s'empara à nouveau de sa lance et pivota rapidement, mais ce n'était que la femme, qui revenait avec... De la nourriture? Il la regarda traverser la pièce et déposer son sac de victuailles sur la seule table disponible. Elle ne semblait ni effrayée ni hostile. Elle lui souriait, et semblait à l'aise. Keenan ne répondit pas, mais déposa lentement son arme sur le lit et s'assit face à elle, tout les sens en éveil et les muscles bandés.
Revenir en haut Aller en bas
Irina

Admin

Admin



MessageSujet: Re: Sous les toits italiens   Mar 28 Juil 2009 - 23:35

Se servant de l'antipasto et du Primo Curso, Irina se demanda vaguement comment présenter la raison de sa venue au jeune homme.

Dans sa situation, nul doute qu'il se méfiait d'elle. C'était on ne peut plus légitime...
...nul doute que dans un autre pays, à peu près au même moment, Nathaniel avait déjà rencontré la soeur de ce jeune homme. L'avait-il convaincue ? Avait-il au moins réussi à lui présenter certaines choses ?

Mais elle devait en savoir plus sur la situation de Keenan.
Aussi leva-t-elle ses yeux bleus presque translucides le fixèrent, et elle lui demanda alors :


"Tu es visiblement tendu, Keenan. Qui est à ta poursuite exactement ? Je ressens leur présence, mais cela ne m'aide en rien sur leurs intentions exactes. Il faut que tu m'en dises plus, si tu veux un peu d'aide."

Cela ne suffirait pas, à coup sûr.
Il fallait qu'elle frappe fort et au bon endroit, songea-t-elle.


"Ta situation actuelle n'est pas glorieuse, comprenons-nous bien. Je viens de la part d'un homme appelé Sha Renkyô, qui souhaite vous protéger ta soeur et toi. L'organisation qu'il a fondée il y a longtemps existe pour cela : comprendre, portéger et laisser leur libre arbitre à des créatures surnaturelles en danger dans ce monde. J'en fais partie, je sais de quoi je parle."


Bref silence pour appuyer ses explications.

"Je ne suis pas là pour t'imposer quoi que ce soit. Je ne suis que l'émissaire de l'homme que j'ai choisi comme maître. Sache que cet homme est puissant, sage et bon, et qu'il ne souhaite que te venir en aide. Mais la décision finale t'appartient. Souhaites-tu que nous t'aidions, ou pas ? Tes poursuivants se rapprochent, la menace s'épaissit autour de toi et va bientôt te broyer, je le vois."


Elle ne faisait qu'énoncer la vérité. Nul ton menaçant ni quoi que ce soit dans sa voix et son attitude, mais il fallait qu'il comprenne que le temps pressait.
Et Irina aurait voulu au moins entendre sa voix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Sous les toits italiens   Mer 29 Juil 2009 - 19:50

Il la surveillait toujours, prêt à réagir au moindre signe d'agressivité. Il n'avait pas le droit à l'erreur. Cette femme pouvait être une de leur alliée, une de leur ruse. Un moyen de le faire tomber. Elle semblait détendue pourtant. C'était déroutant, cette facilitait avec laquelle elle mangeait, tout ses gestes gracieux et déliés. Les yeux dorés du jeune homme croisèrent ceux de l'araignée femme, et lorsqu'elle parla, tout son corps se glaça. Comment? Comment connaissait elle ce nom? Comment était-ce possible? Il ne l'avait plus utilisé depuis son arrivée en Italie. C'était impossible... Et ce qu'elle ajouta était encore plus terrible. Sa sœur? Comment avait elle appris? Comment sinon en faisant partie de ceux qui le pourchassaient?

Le jeune homme se releva brusquement et déplia son arme dans un même mouvement, mettant la pièce et soixante centimètres d'acier enchanté entre eux. La rage, la haine et le peur faisait battre son cœur trop vite, mais ses mains ne tremblaient pas. Cette femme... Il en avait assez de leurs odieux jeux. Sa voix chantante avait des accents métalliques, aussi dure que l'arme qu'il brandissait d'une main sûre.


"Qu'est ce qui me prouve que vous dites la vérité? Qu'est ce qui me prouve que vus n'êtes pas venue en éclaireur?"

Son regard était glacial, mais la haine ne l'avait pas encore totalement aveuglé. Pourquoi un ennemi aurait il prit le temps d'amener de la nourriture? Tandis que les paroles de la femme faisait lentement le chemins dans son esprit, Keenan baissant imperceptiblement son arme, la réflexion prenant le pas sur les réflexes.
Revenir en haut Aller en bas
Irina

Admin

Admin



MessageSujet: Re: Sous les toits italiens   Dim 2 Aoû 2009 - 20:19

La brusque réaction de Keenan, elle s'y attendait.
Bien sûr... sinon à quoi cela aurait-il servi que Sha Renkyô la prenne sous son aile ?

Elle sourit encore une fois, doucement, calmement, sans aucun reproche ni culpabilité dans le regard, et attendit enfin qu'il rengaine son arme.
Il ne le fit pas, se contentant de la baisser.


Irina soupira alors :

"Quel dommage de ne pas profiter d'un repas gratuit."

De l'humour, elle en avait un peu, bien que le concept et l'utilité en général lui échappaient encore un peu.

"Quelle preuve pourrais-je t'offrir ? Ce serait plutôt à toi de me le dire, Keenan. Si je connais ce nom, c'est parce que comme le mien et celui de tous nos "semblables", c'est ce que l'on nomme un "nom rituel". Je ne sais pas comment vous l'appelez dans vos contrées. Je n'ai nul besoin de quiconque pour l'apprendre ; je sais que tu m'as reconnue pour ce que je suis : un Démon-Araignée, même si je suis relativement unique pour mon espèce. Crois-tu réellement que les êtres de notre monde (le tien comme le mien, qui sont les mêmes par ailleurs) s'amuseraient à raconter mensonges et fables pour endormir l'attention d'autrui ?"

Bref silence, très bref.

"Non, Keenan. Nous ne nous amuserions pas à cela, et tu le sais. Reconnais-moi comme ton alliée, c'est tout ce que je souhaite. Tu sais que je dis la vérité."

Il lui fallait encore attendre, une fois de plus. Attendre qu'il comprenne, patiemment, sans rien exiger d'autre.
Mais encore une fois, cela suffirait-il ?
Le temps pressait, ils (quels qu'ils furent) se rapprochaient dangeureusement.
Et ils ne cracheraient certainement pas sur une deuxième proie...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Sous les toits italiens   Jeu 6 Aoû 2009 - 13:53

Elle semblait sincère. Elle pouvait l'être. Il en avait assez de fuir, de ne devoir faire confiance à personne, jamais. Il se détendit un peu plus, fixant la damoiselle araignée d'un regard qui retrouvait un peu de son éclat limpide. Il resta indécis. Elle lui avait dit la vérité, en tout cas jusque là. Araignée besogneuse, araignée tisserande... Il sonda ses sensations, écoutant l'écho que lui renvoyait son cœur. Lui et sa sœur ne possédait pas de lien télépathique, en tout cas pas à proprement parlé. Ils possédaient seulement une conscience aiguë de l'autre, une empathie qui faisaient que les émotions étaient souvent communes.

La distance distendait ce lien, mais il ne disparaissait jamais complètement. Il fallait juste se concentrer... Keenan trouva l'écho de sentiments de sa sœur, et écouta, sans cesser de surveiller la femme. Il savait qu'une partie de sa nervosité allait toucher sa Niane, mais il avait besoin de savoir. Elle... Elle avait peur, mais était rassurée en même temps. Elle ne se sentait pas en danger. Sa Niane discutait avec un fauve qui ne lui voulait pas de mal. Un point pour eux.

Le jeune homme reporta son entière attention sur celle qu'il menaçait, et abaissa lentement son arme, qui se rétracta rapidement. Il resta cependant à distance, encore un peu méfiant. Mais il avait sentit la confiance chez sa sœur, et il avait toujours suivit son avis. Elle était bien plus clairvoyante que lui. Bien plus sensible. Son attention n'était plus focalisée sur la jeune femme, il reprit sa surveillance habituelle... Et se tourna brutalement vers la fenêtre. Si cette femme était vraiment une alliée, elle aussi était en danger désormais. Ils étaient bien trop proches. Keenan Hésita une fraction de seconde et se tourna à nouveau vers la jeune femme. Son hostilité était désormais tournée vers autre chose.


"Si vous êtes réellement venue me proposer votre aide, j'ai bien peur que cela ne ce finisse mal."

Keenan marqua une légèrement pause et se tourna brièvement vers la fenêtre, fixant les ultimes lueurs du jour.

"J'ai appris leur véritable nature en arrivant ici. Ce sont des... Inquisiteurs."

Un sourire privé de joie étira les lèvres du jeune homme.


"Je n'y ai pas crut au début, mais c'est la vérité. L'Église catholique pourchasse encore les hérétiques, les païens et les démons."

Ils étaient donc une cible privilégiée. Tout les deux.

"Qu'est ce que vous me proposez?"
Revenir en haut Aller en bas
Irina

Admin

Admin



MessageSujet: Re: Sous les toits italiens   Jeu 6 Aoû 2009 - 16:45

La jeune femme eut un sourire doux en voyant l'arme s'abaisser.

N'était-ce pas usant de devoir courir tout le temps, de devoir fuir pour sauver son existence ? N'y avait-il donc aucun autre moyen d'être en paix dans ce monde ?
C'était ce qu'elle pensait elle-même lorsque sa transformation avait été consommée. Les Japonais la fuyaient, la regardaient toujours étrangement, cette étrange créature "humaine" qui vivait aux abords d'un temple.
Puis ils l'avaient chassée.
Parce que certaines différences sont moins faciles à accepter qu'une religion, par exemple... même si c'est autrement plus abstrait.

Irina secoua discrètement la tête, sentant son coeur se serrer.
Puis elle pensa à son "maître", et son courage revint comme une bouffée de chaleur et d'énergie.

Elle écouta attentivement les dires de Keenan, et se mit à réfléchir.
Qu'avait-elle lu à ce sujet... l'Inquisition ?


* L’Inquisition était une juridiction spécialisée (un tribunal), créée par l'Église catholique romaine et relevant du droit canonique, chargée d'émettre un jugement sur le caractère orthodoxe ou non (par rapport au dogme religieux) des cas qui lui étaient soumis.
Fondée sous le nom de Sacrée congrégation de l'inquisition romaine et universelle par le pape Paul III dans la bulle Licet ab initio, le 21 juillet 1542, cette congrégation avait pour mission de lutter contre les hérésies.
La procédure inquisitoriale accorde une grande importance à l'aveu de l'accusé. En effet, juridiction religieuse, l'inquisition se préoccupe du rachat des âmes donc souhaite obtenir le repentir des accusés.
Toute une procédure est alors mise en place pour obtenir leur témoignage.
…Pressions morales…
…Pressions physiques…
…Tortures. Entre autres.
L'inquisiteur doit extraire la vérité éventuellement "par la ruse et la sagacité".
Mais une des particularités de l'instruction inquisitoriale est le secret : l'accusé et ses proches ne connaissent aucun des chefs d'inculpation et la défense se fait donc à l'aveugle.*


Une telle chose existant encore ?
Cela n'étonnait pas la jeune femme. C'était même tout à fait logique dans ce monde... Et effectivement...


"...Oui, nous sommes maintenant deux proies de choix pour eux. Je n'ai aucune peine à me dire que cette "institution" de fous existe encore - ce n'est que l'un des nombreux moyens de raviver la foi parfois vacillante de certains fidèles... des extrémistes, évidemment. Toutefois, discuter de cela ne nous avancera pas plus."

Silence, et réflexion.
Malgré son goût spécial pour le combat, il était hors de question de lutter à deux contre une armée de fous religieux. La fuite... était préférable.


"Je suis arrivée ici en bateau marchand, dépêché spécialement par le HWI. Le genre de choses qui n'attire pas plus l'attention que de raison. Il nous faut simplement nous dépêcher, j'ai un avantage certain sur eux : je peux sentir leur présence. Par conséquent, si nous empruntons le chemin des égouts, je prendrai le temps de nous apposer un sort de dissimulation, et ils ne nous retrouveront pas. Maintenant, sache que nous avons juste le temps de finir de manger et de quitter ce lieu... sachant que c'est à toi de décider si tu me suis ou non."

Dernier détail pour la route :

"Je t'emmène dans un endroit où vous serez non seulement à l'abri de tout ta soeur et toi, mais aussi libres d'en partir quand la situation se sera calmée."


A lui de voir maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Sous les toits italiens   Jeu 6 Aoû 2009 - 23:49

Ils n'avaient plus beaucoup de temps. D'après ce que disait la jeune femme, juste le temps d'un repas. Keenan laissa échapper un sourire, qui adouci son visage, il n'aplus flagrante la ressenblance avec sa soeur. Un repas. oui, pourquoi pas après tout. Il ne pourrait combattre seul les inquisiteurs. Il devait fuir à nouveau. Alors, pourquoi ne pas a croire? Pourquoi ne pas accorder sa confiance à la dame araignée? Pourquoi ne pas la suivre, si elle pouvait la conduire à sa soeur? Niane... Judith. Judith pour les autres.

Niane pour lui. Sa Niane. Elle lui manquait tellement. Il avait besoin d'elle. Il était pret à tout pour cela. Keenan rengaina son arme et se rapprocha de la jeune femme. Il l'observa un instant et s'appuya au bord de la table. Il devait se décider, vite. il plongea ses yeux or dans ceux de la jeune femme. Quelque chose, un déclic apparu dans le regard du jeune homme. Comme si quelque chose avait cédé derrière ce miroir. Son choix était fait, enfin s'il avait jamais eut le choix.

Il suiverait l'araignée. Mais... Si jamais elle se dressait enre lui et sa soeur, il n'aurait aucune pitié. Pas de pitié pour ceux qui osait les séparer. La seule raison pour laquelle il ne l'avait pas fait avec ses poursuivants, c'était autant à cause de leur nombre que du danger qu'ils représentaient pas sa soeur. La priorié était de la protéger. Toujours. Et à jamais. Il s'assit lentement.

"très bien... Je veux retrouver ma soeur."
Revenir en haut Aller en bas
Irina

Admin

Admin



MessageSujet: Re: Sous les toits italiens   Ven 7 Aoû 2009 - 23:18

Elle hocha la tête à sa simple phrase, et se remit à manger.
Ils auraient besoin d'un peu d'énergie pour accomplir dans les temps et sans problème leur fuite, mais ce n'était pas un souci au fond.

Sachant qu'il la suivrait dans l'instant, elle jeta tout ce qui leur avait servi de plats et autres, puis, sachant que Keenan n'avait pas grande possession dans cet appartement de fortune, elle décida de partir immédiatement.

Enjambant la fenêtre, elle attendit que le jeune homme l'ait rejointe pour installer son premier piège.
Invoquant avec vivacité, à voix basse, Irina joignit ses mains et créa une sphère lumineuse autour d'elle. Puis elle souffla alors, répandant partout dans l'appartement sa toile mortelle, invisible et emprisonnant quiconque mettrait les pieds ici.
Parfait. Pas moyen d'échapper à ce premier obstacle, et si leurs poursuivants le passaient, ils auraient déjà perdu un temps considérable.
Car ils viendraient ici, elle le savait. Tout fous qu'ils étaient, ils viendraient.

Une fois sa tâche accomplie, elle fit un simple signe de tête à Keenan et s'engagea avec lui dans les ruelles cette fois sombres, courant lestement et sans bruit.
Ils parvinrent finalement sous un pont, où se trouvait une porte en fer forgé, rouillée et grinçante. C'était leur chemin vers la liberté. Les égoûts.

Le chemin fut long, sombre et odorant, mais au bout de trois heures environ (ce qui était bien peu), ils parvinrent à la sortie donnant sur les quais. La jeune femme avait tracé ce chemin avant d'arriver en Italie, alors qu'elle était encore sur le bateau.
Elle s'arrêta un instant, laissa sortir le jeune homme sur les quais et renouvela son piège invisible avec rapidité.


C'était fini, enfin.
Au loin (pas si loin que ça, de fait), elle aperçut le bateau qui l'avait amenée ici, et tandis qu'ils manoeuvraient pour entrer dans le port, Irina sourit doucement à son compagnon de route :


"Crois-moi, ils vont en baver pour nous retrouver. Une fois arrivés dans les mers françaises, près de Rouen, nous serons d'ores et déjà en sécurité."

Avec sagesse et simplicité, la jeune femme-araignée avait accompli sa mission. Du moins, la première partie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Sous les toits italiens   Dim 9 Aoû 2009 - 19:35

Ils n'avaient pas beaucoup de temps. Keenan mangea rapidement et récupéra ses maigres affaires pendants que la femme Araignée jetait les reliefs de leur repas. Il n'avait vraiment pas emporté grand chose. Quasiment rien en fait. Sa fuite avait été bien trop précipitée pour qu'il se préoccupe de ses bagages. Il renfila attacha l'étui de sa lance à sa hanche et enfila sa veste, la zippant jusqu'en haut du col. La bande de fourrure noire qui lui encadrait le cou lui donnait un aspect curieusement vulnérable. Il vérifia rapidement qu'il n'oubliait rien. Non, c'était bon. Ah moins que... Il esquissa un sourire mauvais et se rapprocha de la fenêtre.

La jeune femme s'était déjà glissée dehors. Avant de la suivre, il se concentra sur l'énergie qui palpitait en lui, et en déversa une partie dans la pièce, inondant ses moindres recoins. Ses poursuivants allait avoir une drôle de surprise lorsqu'il devrons faire fasse à la multitudes de nuisibles dont il avait accéléré l'éclosion. Le jeune homme se glissa à son tour sur le toit et observa la jeune femme mettant en place son piège. Il n'avait plus rien à faire ici. Ils rejoignirent les ruelles et se mirent à courir, en silence. Les pieds de l'alf touchait à peine les pavés, il ne semblait n'avoir aucun mal à suivre sa guide à travers la ville.

Ils franchirent les grilles des égouts en ralentissant à peine l'allure. Le voyage à travers la puanteur mit les sens exacerbés de Keenan à rude épreuve, mais il ne fit aucun commentaire. La liberté approchait. Il atteignirent enfin les quais, et cette fois le jeune homme ne s'attarda pas avant de suivre l'aragne à l'air libre. L'odeur de la mer était une bénédiction. Le jeune homme se posta à l'extrémité du quai et fixa le bateau qu'observait son accompagnatrice. Son passeport vers la liberté... Il ne répondit pas tout de suite à la jeune femme, plongé dans ses pensées. Tournées vers sa sœur, comme souvent. Niane... Allons nous être enfin réuni? ces quelques semaines m'ont semblé des années. Ma douce sœur... Quand je serai sur de ta sécurité, je m'occuperait d'eux.


"Je ne demande qu'à vous croire..."





[TOPIC TERMINE, SUITE ICI]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Sous les toits italiens   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sous les toits italiens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haunted Walks Co. :: ITALIE-