AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une fumée bleue aux confins de la Lande...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Mar 23 Juin 2009 - 16:15

L'herbe frissonnait doucement, son vert vif répondant à la mousse qui couvrait en partie les murs de pierre de la vieille bergerie. Un soupir s'échappa des lèvres de la créature, assiste à la fenêtre, un bouquet de fleurs sèches posé sur ses genoux. Judith attendait son frère, et n'avait plus quitté son refuge depuis son départ précipité. Elle avait peur, sans pouvoir mettre un nom sur ce sentiment qui la paralysait lentement.

Elle reprit le tri qu'elle avait commencé, séparant les fleurs de leur tiges, déposant les pétales friables dans un pot de terre cuite délicatement émaillé. Sa robe vert tendre lui couvrait les pieds, et son tissu épais dissimulait sa peau presque entièrement, ne laissant que ses mains et son visage à l'air libre. Elle travaillait méthodiquement, s'absorbant dans sa tâche pour discipliner ses pensées. Malgré la température plutôt clémente, un petit feu brûlait dans la cheminée, provoquant un panache de fumée bleue qui s'épanouissait dans l'air pur de la lande. Nullianne déposa la dernière fleur et entreprit de briser les tiges en tronçons, avant de les glisser dans un autre pot.

Elle se leva et épousseta sa jupe, balayant la pièce d'un regard. Elle était lumineuse, mais encombrée, avec ses murs couverts d'étagères et de tiroirs, et la robuste table qui trônait au centre. Judith l'avait voulu chaleureuse, car elle y passait la majeure partie de son temps. Elle rangea ses pots et donna un tour à la décoction qui cuisait au dessus du feu. Très peu de gens venait la voir, mais elle avait toujours réussi à soulager leur maux. Elle s'assit à côté de la cheminée, fixant les flamme d'un aire absent. Son frère lui manquait.

Elle déboutonna son col et tira doucement sur une longue chaine d'or qui encerclait son cou, sortant de son giron un splendide pendentif gravé, qui formait un demi cercle, dont le bord intérieur tourmenté laissait entendre qu'il n'était que la moitié d'un magnifique bijou. Du bout des doigts, elle frôla les dessins, et un léger sourire s'épanouit sur ses lèvres. Elle se sentait réconfortée par ce contact. Avec un soupir, elle se força à le dissimuler à nouveau et reboutonna sa robe. Une profonde inspiration lui apprit que sa décoction était bientôt prête; une odeur ensorcelante se rependait dans la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Jeu 25 Juin 2009 - 17:42

Il avait clairement plus d'affinités avec les landes irlandaises, pays de merveilles et de fantastique empiétant allègrement sur la réalité, qu'avec par exemple... l'Italie.
Il n'aimait pas vraiment le bruit... ces gens qui parlaient avec de grands mouvements... toute cette agitation, cette pollution...

Il secoua la tête et posa son sac au sol.
Le voyage n'avait pas été si long que prévu (facile, lorsqu'on a le sommeil d'une lourdeur peu commune, mais seulement sachant qu'on est en sécurité), mais à présent il en ressentait les effets secondaires : lombaires douloureuses (malgré sa musculature), et tête en vrac.
Super.

Il décida de partir de l'aéroport de Belfast International. Ce qu'on appelait les landes irlandaises... le Connemara...


* Le Connemara en anglais, ou Conamara en irlandais, est une région située à l’ouest de l'Irlande dans le Comté de Galway, à l'ouest de la province de Connacht. Ce mot désigne également le poney indigène de cette région, le poney connemara, que l'on peut apercevoir en liberté dans le Parc national du Connemara.
Son nom provient de l'irlandais Conmaicne Mara, qui signifie littéralement « descendants de Con Mhac de la mer ». *


Voilà ce que disait la petite brochure qu'il avait acheté à la sauvette.
Pour y parvenir, il n'y avait que deux choses à faire : en premier, reprendre l'avion pour l'aéroport de Galway. Ensuite, se trouver un pub sympa où dormir, puis louer un moyen de locomotion...
...un cheval serait parfait.


Les deux premiers détails réglés, il fallait maintenant agir si possible avec intelligence - pas évident lorsque l'on avait pas vraiment la tête à ça, mais même malade et de mauvais poil, Nathaniel était capable de faire face à n'importe quelle situation.
Et justement, il était en pleine forme. Presque de bonne humeur, même.

Juste le temps de déposer son sac, d'installer quelques babioles utiles plus de sécuriser sa chambre (sceaux, talismans... il avait une bonne connaissance et maîtrise de ces choses, mais n'aimait absolument pas s'en servir en-dehors d'une telle situation - garder le maximum possible ses activités "secrètes"), et il se rendit en bas pour parler au tenancier du pub qui lui indiqua où louer une monture.

Accueillants de bas, les Irlandais avaient cependant tendance à se méfier des étrangers. Mais pour chaque personne qui le rencontrait, il s'avérait toujours que Nat obtenait gain de cause. Capital de sympathie oblige, plus cette force qui se dégageait de lui... cette force qui avertissait tout un chacun de ne pas le prendre pour un idiot. C'était efficace. A chaque fois.

Une fois la bestiole sellée, Nat vérifia qu'il avait tout dans son sac à dos (préparé plus tôt, avant de quitter sa chambre), mit lestement un pied à l'étrier. Bientôt, il fut sur les chemins de terre du Connemara, impressionné par tant de splendeur et de tranquillité, et se demandant bien par où commencer à chercher.
Sans compter le fait que Sha Renkyô avait été plutôt flou dans sa description de ce qu'il cherchait, il fallait également compter avec l'étendue impressionnante de ce site.
Mais il savait qu'il cherchait une créature mythique... affiliée à la magie, et s'en servant sans doute.

Pour des yeux expérimentés, la fumée bleue qui s'élevait au loin n'avait rien de très naturel. Et un être humain normal n'aurait pu la déceler...
Impatient, le Traqueur lança sa monture au galop à travers les landes. Arrivé à moins d'une vingtaine de mètres, il l'attacha à un arbre et décida de se rapprocher discrètement de la vieille bergerie.
Des bosquets d'arbres à proximité, c'était parfait... Nat monta lestement sur les branches les plus hautes, et se contenta alors de faire ce que lui avait ordonné Sha : surveiller, et attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Jeu 25 Juin 2009 - 21:49

Judith se releva et enveloppa ses mains dans un pan de sa jupe avant de saisir délicatement la anse de son petit chaudron, attentive à ne pas laisser traîner ses manches dans les flammes. Elle déposa le récipient sur le pas de sa porte, dans l'herbe grasse et humides qui siffla légèrement sauf l'effet de la chaleur. Le soleil de fin d'après midi baignait le visage de la jeune femme, qui sourit doucement sous sa caresse. Ses yeux se fermèrent brièvement.

*Quand elle les rouvrit, le monde était gris et flou autour d'elle. Son corps pivota vers l'immensité de la lande, et elle le vit. Chevauchant un fils de cette terre, cet homme venait pour elle. Un Guerrier aux cheveux sombres, vêtu de ténèbres, et ses yeux, ses yeux qui brillent et qui la brûlent presque par leur intensité!*


Judith recula brutalement, trébuchant sur la marche de pierre, le monde retrouvant ses couleurs autour d'elle. Elle avait peur, elle est terrifiée. Ses mains, son visage luisent d'un éclat qui leur est propre, une luminescence dorée qui souligne son trouble. Sa vision était beaucoup trop précise pour appartenir au futur, mais l'était-elle assez pour être au passé? Les mains tremblantes, elle se redressa, quelques mèches délavées s'échappant de son chignon. La jeune femme s'assit sur le seuil de sa porte, trop choquée encore pour tenir debout. Elle était seule, complètement seule, désarmée face à la menace de cette homme! Même si... Même si elle n'avait pas réellement perçu d'intention belliqueuses chez lui. Son frère lui manquant terriblement, lui si protecteur, si fort. Elle prit sa tête entre ses mains, chassant les dernières brides de sa vision. Depuis le départ de Lien, elle se refusait à voir. Mais elle n'avait pas eu le choix. Elle fixa sa décoction sans la voir, réfléchissant, essayant de se calmer.

Qui que soit cette homme, il ne pouvait pas la trouver. Elle était trop bien cachée; Lien y avait veillé. Elle s'appuya sur la chambranle et se releva lentement, avant de lisser sa jupe. Nullianne avait toujours fait très attention à ses vêtements, et le plastron brodé de sa robe était une de ses créations. Elle se décida à reprendre son chaudron et l'accrocha à la potence près de la porte, avant de s'éloigner vers le droite, droit vers un tonneau rempli d'eau de pluie. la jeune femme y plongea les mains, et s'aspergea le visage, profitant de la fraicheur du liquide. Elle s'apprêta à rentrer lorsqu'un bruit la fit se figer sur place.

Un hennissement. Ses épaules se mirent à trembler, et elle se tourna lentement vers l'origine du bruit, la lueur dégagée par son corps d'autant plus visible que le soleil disparaissait à l'horizon. Elle resta un instant aveuglée par ses derniers rayons, avant que ses yeux d'ors terni ne se pose sur le cheval, presque invisible dans les ombres projetées par les bosquets. Un bref instant, elle respira plus librement: le cheval n'avait pas de cavalier. Elle resta sur le seuil de sa bergerie, indécise. Partagée entre la peur et la curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Dim 28 Juin 2009 - 2:35

Très sensible aux variations d'ambiance (et par là, d'émotions des gens), Nathaniel prenait toujours son temps pour jauger une situation.
Qu'importe que la personne recherchée, la créature ou autre soit pacifique, pour protéger ses intérêts et sa liberté tout être faisait parfois montre d'une ingéniosité et d'une force bien peu communes.

Le Traqueur se souvint alors de toutes les "chasses" qu'il avait effectuées (toujours avec succès), se remémorant alors chaque différente personne, chose, émotion et regard auxquels il avait été confronté (parfois bien malgré lui).


* "En fait, je vais vous l'avouer franchement : je ne considère pas vraiment ce que je fais comme un métier. Je ne suis pas comme la plupart de mes "collègues" qui chassent pour le plaisir, pour les éloges et ce genre de choses... Je le fais plutôt parce que je ne sais rien faire d'autre. J'ai traqué et ramené de nombreuses créatures à bon port, sans qu'elles n'aient de blessures ni quoi que ce soit du même genre - et tout cela, pour qu'elles se retrouvent de nouveau emprisonnées et humiliées par des maîtres sans scrupules." *

La peur...
La férocité...
La curiosité...
Chaque sentiment qui avait raison d'être dans une telle situation, au fond. Chaque chose qu'il avait apprise au cours de sa précédente tâche, ce foutu job qu'il détestait plus que tout, mais qui lui avait tant appris finalement.
Et lui ? Comment réagirait-il, dans un tel cas de figure ?

Marmonnant dans sa barbe, rechignant à faire son sale boulot (même s'il était là en simple observateur, quelque part), Nat se décida à lancer un léger sort de Protection.
Rien d'énorme, mais qui était suffisamment efficace pour renvoyer toute attaque mentale et physique sur son potentiel agresseur...

Mais à observer de plus près la délicate (et ma foi plutôt charmante) jeune femme si proche de lui, sur le seuil de la porte, le Traqueur sentit qu'il n'aurait nullement besoin de ce Sort.

Il se contenta de descendre lestement de son arbre, sans mouvement ni bruit inutile, et dit simplement en lui souriant - comme un simple visiteur qui rencontre un voyageur de passage :

"...Superbe journée, n'est-ce pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Mer 1 Juil 2009 - 13:38

Elle fixa le cheval quelques instants encore, le temps que les battement de son cœur se calme. Elle devenait de plus en plus émotive depuis la séparation, et se décida à se préparer quelque chose pour se calmer, quelque chose pour dormir et chasser les visions. Cela ne marchait pas toujours, malheureusement. Elle était sur le point de se détourner lorsqu'un léger mouvement attira son regard, dans les arbres. Elle n'avait aperçut cela que du coin de l'œil, et n'était même par certaine que ce n'était pas simplement une réminiscence... Jusqu'à ce qu'elle le trouve, jusqu'à ce qu'il lui parle. Il l'avait trouvée. L'homme de sa vision était là, devant elle, ses vêtements noirs le dissimulant presque sur le fond sombre des bosquets.

A le voir ainsi, elle avait un peu moins peur; il souriait, et la terrible aura qu'elle avait vu semblait avoir disparu. La peau de la jeune femme brilla à peine, mais elle resta cependant sur le seuil de sa maison, son refuge. Il n'avait pas l'air agressif, seulement... De passage. Avec un léger retard, elle se décida à lui répondre, sa voix musicale légèrement altérée par la surprise -comment avait il trouvé sa bergerie?-


"Une journée est toujours belle quand elle est bien employée."


Elle sourit machinalement, l'esprit ailleurs. Ceux qui venaient ici étaient presque toujours perdus, et elle apaisait leur fatigue avant de les guider vers la lande; aucun n'avait retrouvé sa bergerie. Mais cet homme ne semblait pas perdu, pas du tout. Ce n'était sans doute pas son genre. Peut-être avait il besoin d'aide? Nullianne avait jurée, bien longtemps auparavant, d'aider ceux qui en avait besoin. Sa race était de celle qui respecte ses promesses; c'était d'ailleurs pour cela qu'elle ne pouvait entrée dans une maison habitée sans y être invitée par exemple. Son frère avait depuis longtemps vaincu les barrières qui l'en empêchait, mais elle préférait respecter les anciennes traditions, considérant tout cela comme une sorte de rituel permanent. Peut-être cet homme avait il besoin qu'on l'aide. Et c'était cela qui l'avait mené ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Jeu 2 Juil 2009 - 18:48

Nathaniel écouta l'unique phrase de la jeune femme, surpris par sa voix si apaisante.
Comment devait-il lui présenter les raisons de sa présence ?

Comme à chaque fois que quelque chose le perturbait, sa mémoire passa en mode « souvenir », sans pour autant que l’attention du Traqueur en soit affectée…


* « Qu’est-ce que tu attends de moi…? », murmura le jeune homme.
« Que tu sois digne de moi. Que partout où tu passes, les gens te craignent et te respectent. Je veux que tu prennes conscience de ton importance, Nat.
– …Quoi ?
– Oui. Je veux que tu oublies ce qui s’est passé. Et que tu sublimes enfin ta propre existence. Sois mon héritier, ça a beaucoup d’importance pour moi. » *

Voilà déjà plusieurs années que ce souvenir fugace et amer lui revenait en mémoire…
Cette voix étrange, sans nom, sans âge, y tenait une grande place.
Mais que lui importaient de tels souvenirs ?
Est-ce que cela s’était passé durant ces quatre années de flottement durant lesquelles il ne savait même plus ce qu’il avait fait, ni où il se trouvait alors ?
Son premier but était de découvrir pourquoi, il y avait quatre ans, il avait perdu jusqu’à son identité – qu’il était passé du stade d’homme (Traqueur, plutôt…) à celui de vagabond. Pour redevenir peu à peu un homme.
Et pourquoi d’un coup, il s’était redressé et était revenu dans ce monde, parmi les vivants.

Tant de choses qu’il ne comprenait pas, hormis celle-ci : il n’était sans doute pas le seul à avoir vécu une telle expérience. A ceci près qu’il était le seul à y avoir survécu aussi longtemps.
Comme une promesse arrachée au néant… partie de rien, n’allant nulle part… il aurait dû vouloir absolument découvrir la vérité. Les véritables raisons.
Mais peu lui importait, à présent. Il avait un endroit où vivre, et surtout un job qui lui plaisait vraiment.

"Ce n'est pas moi qui ai besoin d'aide, jeune demoiselle. En revanche, vous devez savoir qu'en ce monde, certaines personnes sont prêtes à vous aider ; je suis l'une d'elle. Et je suis là pour vous."


Nathaniel ne s'attendait à rien venant de personne, mais il se demandait s'il avait bien fait de lui dire les choses ainsi.
La douleur de ces quatre ans d'oubli était toujours là, aussi présente qu'au premier jour, et c'était sans doute la raison pour laquelle il avait choisi d'entrer au HWI : parce qu'il n'y avait plus ce handicap, cette foutue barrière de sentiments qui prenaient n'importe qui à la gorge et faisait faire n'importe quoi.
Il était occupé, et généralement à de bonnes causes.

Il se contenta d'attendre la réaction de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Ven 3 Juil 2009 - 20:41

Comment? Comment avait il deviné ce qu'elle pensait? Elle recula instinctivement, un léger mouvement de repli qu'elle ne pouvait contrôler. La peur revenait comme une vague, déferlant sur elle, menaçante, souveraine. Oh Lien, pourquoi n'est tu pas là? Judith fixa l'homme avec intensité, ses yeux légèrement écarquillés, deux miroirs d'or terni tout ce qu'ils avaient vu. Il disait pouvoir l'aider, qu'ils connaissait des personnes qui le pouvaient. Ces gens qui avaient posé des questions, en faisait il parti? Ceux qui avait forcé son frère à partir? Ceux qui les avait séparé? Elle porta brièvement la main à son giron, là où reposa le demi sceau.

Le silence s'éternisait, à peine troublé par les légers bruits du cheval, derrière l'homme. La lumière qui émanait du corps de la jeune femme pulsa tandis qu'elle oscillait entre la curiosité et la peur. Son interlocuteur ne paraissait pas agressif et semblait raisonnablement sincère. Mais dans ce cas, d'où provenait l'impression qu'elle avait ressenti durant sa vision?


"M'aider? Mais..."

Nullianne hésita un instant, son regard se détourna légèrement vers la lande.

"Que voulez vous dire? D'où venez vous? Je ne comprend pas..."

Elle se figea un instant, irradiant brutalement comme une étoile, avant de se calmer tout aussi vite, avec un léger soupir. Non, impossible. Si qui que ce soit avait fait du mal à son frère bien aimé, elle l'aurait senti. Ils étaient irrémédiablement liés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Jeu 9 Juil 2009 - 20:34

L'attitude générale du corps... le moindre plissement du visage... la position du corps entier, celle des mains, du torse, tout renseignait sur l'état mental de la personne que l'on avait en face de nous - humanoïde généralement, mais cela fonctionnait aussi pour les animaux.

Nathaniel avait longtemps expérimenté cette analyse silencieuse et discrète des gens, et cela avait toujours fonctionné.
A présent, cette aptitude était très développée chez lui, et il l'utilisait sans même s'en rendre compte.

Mais apparemment, ses intentions avaient été mal interprétées par la jeune femme - réaction normale s'il en était...


"Ne me craignez pas. Je ne suis pas de ceux qui vous ont séparés, pas plus que je ne serai de ceux qui vous menaceront."

Bref silence.


"Je fais partie du Haunted Walks Inc., et notre maître Sha Renkyô m'envoie pour vous assister, rien de plus, rien de moins. Notre but à tous, dans cette organisation, est de protéger les êtres surnaturels - dont vous faites partie - et les aider à ne pas être chassés ni exclus de ce monde."

Que dire de plus ?
Serait-ce suffisant pour lui prouver sa bonne foi ? Il n'en était pas sûr.

Aussi se recula-t-il en présentant ses paumes au ciel, tête baissée, et s'assit un peu plus loin pour sortir une cigarette et la fumer sans la perturber davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Ven 10 Juil 2009 - 16:07

Cet homme... Comment pouvait il savoir? Comment pouvait il deviner ce qu'elle pensait, ce qu'elle ressentait? Comment savait il pour son frère adoré? Comment... Beaucoup trop de questions tournoyait dans la tête de la jeune femme. C'est à peine si elle l'entendit mentionner un nom. Sha Renkyô. Et autre chose. Le Haunted quelque chose. Tout cela allait beaucoup trop vite pour elle, elle ne savait plus quoi penser. Nullianne fut reconnaissante à l'homme de s'éloigner, de la laisser reprendre ses esprits. Il s'assit nous loin de là, et sortit un mince tube blanc, avant de l'allumer. La jeune femme reconnu l'odeur de la plante qu'il fumait. Tabac.

Elle se secoua légèrement, et lui jeta un dernier regard avant d'entrer dans la bergerie. Elle ne ferma pas à la porte; à quoi bon, elle n'avait pas de clef. Ses yeux zigzaguèrent le long des murs, et les pots de terres vernissées se blottissait contre ses paumes. Elle remplie une grande tasse d'eau bien chaude et glissa dans un sachet de mousseline un peu de fleurs bruissantes. Passiflore et Houblon, contre l'anxiété. Pour que la peur cesse de lui obscurcir l'esprit. Elle plongea son sachet de l'eau et rangea ses pots. Une cuillerée de miel, et elle ressorti, sa tasse à la main. Debout sur le seuil, elle prit le temps de boire une gorgée d'infusion avant de traverser les quelques mètres qui la séparait de celui qui venait de bouleverser son petit univers.

Elle le fixa, ses yeux vieil or reflétant le visage racé de l'homme, sa longue jupe à peine soulevée par la brume qui chahutait la fumée de cigarette. Elle but encore et demanda doucement:


"Expliquez moi."

Expliquer quoi exactement, elle ne savait pas elle-même. Qui était Sha Renkyô? De quoi faisait il partie? Qui était il, lui? Savait il qui les avait séparé, Lien et elle? Allait il les protéger où les livrer? Mais surtout, savait il quand Lien, son Lien allait revenir?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Jeu 23 Juil 2009 - 2:18

Son initiative de s'éloigner quelque peu était visiblement une bonne idée, surtout qu'il ne désirait pas l'enfumer inutilement.
Autant qu'il soit le seul à se pourrir les poumons !

Elle était effrayée. C'était normal.
Toutes les informations qu'il avait sur elle, il les avait soigneusement cherchées et Sha Renkyô l'y avait aidé. Peu de gens ne réagissaient pas face à l'omniscience inquiétante du jeune directeur du HWI, et sans le savoir, il diffusait ainsi sa réputation de par le monde - par le biais de ses Enquêteurs (tout aussi bien renseignés qu'eux), ses Traqueurs ou encore ses Avatars.

Lorsqu'elle revint, elle buvait une tasse de thé.
Nathaniel n'était pas un spécialiste des plantes, mais il sut que cela servait à la calmer...


"Expliquez moi."

Une bonne réaction, pour sûr.
Il comprit tout ce que cela sous-entendait, mais se demandait comment y répondre de la meilleure manière.
Il ne comptait évidemment pas lui cacher quoi que ce fut...


"Le Haunted Walks Inc. a été fondé par Sha Renkyô. Lui-même et ses compagnons ont construit tout ce qui l'entourait, de la ville souterraine qui nous abrite au secret qui nous entoure et nous protège. Je ne saurai dire d'où il vient, mais sa sagesse et sa puissance en font un homme non seulement respectable de tous, mais aussi un leader-né."

Brève pause.

"Sha Renkyô ne juge pas. Il ne condamne pas. Il respecte et protège tout ce (et ceux) qui méritent de l'être. Je sais également qu'il connaît votre existence à ton frère et toi, et qu'il ne compte pas vous livrer à qui que ce soit. Je crois savoir qu'il compte envoyer l'une de ses plus fidèles associées pour rencontrer ton frère, pour lui parler et le rassurer. Ou en tout cas essayer."

Nouveau silence. Que rajouter...?


"Pour conclure, Sha Renkyô m'a envoyé ici pour te rencontrer et savoir comment t'aider. Et pour cela, je dois simplement savoir ce qui vous est arrivé. Mais tu es libre de ne rien me dire, je le comprendrai et partirai sur l'instant."


Le plus gros de l'affaire était dit, et sans aucun détour. Avec calme et sérénité, comme d'habitude en somme pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Jeu 23 Juil 2009 - 17:02

Nullianne écoutait, buvant à petites gorgées le contenu de sa tasse, considérant pensivement son interlocuteur. Il était sincère avec elle. Quelques soient les ombres qui peuplent son passé, il lui disait la vérité, il ne cherchait pas à lui cacher quoique ce soit. Il voulait réellement l'aider, les aider. Son frère et elle. C'était tellement tentant. Enfin, réuni, sans avoir à ce soucier de protection, de discrétion. Ne plus risquer la séparation. Elle savait ce que son frère endurait, lorsqu'il s'éloignait d'elle. Ils n'en parlaient jamais, mais elle le sentait. Elle devinait les souffrances qu'il endurait stoïquement pour la protéger. Oh Lien, ce piédestal où tu m'as placée me pèse tellement parfois. La jeune femme n'interrompit pas une seconde la tirade de l'homme. Sa sincérité la touchait. Elle finit son infusion et resta quelques instants silencieuse, pesant le pour et le contre. Si jamais elle devait partir...

Comment Lien la retrouverait il? Comment percevrait il son geste? Comment... Comment réagirait il en trouvant la bergerie vide? Elle connaissait son frère, l'énergie qui couvait en lui. Cette énergie qui se changeait si facilement en colère. En hargne. En haine. Il était si fort, et elle si faible. Douce disait il. Douce... Faible. Incapable de se défendre. Dépendante. Judith soupira doucement et s'assit sur une pierre plate, lissant machinalement sa robe sur ses jambes. Cet homme avait été sincère avec elle. Elle serait sincère avec lui. Elle posa doucement sa tasse dans l'herbe et rassembla son courage.


"Notre histoire est longue... Mais aisément résumable, je le crains. Mon frère et moi... Enfin, nous n'avons plus vraiment d'âge. Il se trouve que je suis capable de certaines choses. Je connais les herbes, certains secrets de guérisons... Pendant longtemps nous avons voyagé, et soigné les humains qui le souhaitait. Il m'appelait Belle Dame, ce genre de choses."

Elle sourit, replongeant dans ses souvenirs.

"Certains pensait même que j'étais une Fée, comme dans les contes. Ils étaient tellement gentils. Tellement respectueux. Mais la situation se dégradait, toujours. Et nous devions partir, trouver un autre endroit où vivre, de plus en plus loin des hommes."

Judith marqua une nouvelle pause et fixa son interlocuteur avec intensité.

"Mais j'ai fait une promesse. J'ai juré que j'aiderai quiconque en aurait besoin, et jamais je ne me parjurerai. C'est pour cela que Lien, que mon frère m'a éloignée des hommes. Pour me protéger. Mais même ici, ils en venaient. Des voyageurs égarés, des bergers. Je les ai aidés, reconfortés, et guidé vers les chemins. J'ai crut que mon cauchemar ne recommencerait plus, mais je m'était trompée."

Maintenant qu'elle avait commencé, les mots coulaient sans efforts entre ses lèvres, comme pressés de s'évader après avoir été si longtemps enfermés.

"Bien entendu, je me trompais. Des gens ont fini par trouver le chemin de la bergerie. Ils voulaient juste de l'aide. Alors je leur en donnait, toujours. Et finalement, des gens sont venu, ils ont posé des questions, et Lien a dû partir."


Les larmes lui montait au yeux, sans qu'elle esquisse le moindre geste pour les essuyer.

"Il a dû partir, les entrainer à sa suite, pour me protéger! Pour les empêcher de me faire du mal..."

Un violent frisson parcourut le corps de la guérisseuse, qui parut enfin se rendre compte de son émotion. Elle s'essuya rapidement les joues, son mouchoir se teintant légèrement d'or.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: ain   Jeu 23 Juil 2009 - 20:16

Ecoutant attentivement son histoire, Nathaniel eut un serrement au coeur.
Il comprenait à présent. Il savait que ceux de son "espèce" étaient cruels et presque toujours intéressés.
Ils se ressemblaient physiquement, mais cela s'arrêtait là. Personne de normal n'avait d'yeux comme les siens. Personne non plus ne possédait de telles capacités physiques... personne de normal, en tout cas.

Qui avait envoyé ces gens ?
Quelqu'un de bien spécifique, connaissant leur existence à tous les deux, ou bien de "simples voyageurs" ?

Toujours était-il que rien ne les empêcherait de revenir. Ou d'autres, d'arriver. Mais que lui proposer, à présent ?
Le Traqueur se posa longtemps la question. Pour des êtres comme eux, vivre dans une cité souterraine sans aucune végétation ni lumière naturelle (excepté dans les Jardins et certains autres endroits), la vie serait bien morne et morose, même si plus sûre...


"Cette bergerie... c'est donc un point de rendez-vous, pour vous deux."

Brève réflexion.

"Je ne pense pas que cela poserait un souci, si jamais vous vous déplaciez. Comme je vous l'ai dit, Sha Renkyô a envoyé Irina rencontrer votre frère, et elle pourrait aisément lui faire comprendre la situation ; c'est une personne douce mais très convaincante. Elle saura accomplir sa tâche, et le mener à vous en toute sécurité."

Hésitation, puis il reprit son air décidé :

"Cependant, ce n'est pas à moi de décider pour vous. Que pensez-vous faire, à l'heure actuelle ? Seriez-vous prête à quitter cet endroit, sachant que d'autres pourraient arriver et que cette fois votre frère ne sera pas là pour les attirer plus loin ? Je peux vous proposer une sorte de compromis, sachant que jamais nous ne nous mettrons entre votre frère et vous, pas plus que nous ne prendrons de décision pour vous : souhaitez-vous aller au moins "visiter" le Haunted Walks à mes côtés ? Sans aucune contrainte. Juste pour vous faire une idée, et aussi pour rencontrer et parler à notre leader."

C'était sans doute le mieux à faire.
Mais il ne souhaitait pas forcer cette douce jeune femme à prendre une décision à la légère, ni à la forcer à quoi que ce soit.
Même s'ils ne l'avaient jamais fait, avec aucune créature, et qu'ils laissaient le choix à tous, il fallait toutefois prendre une décision rapide en ce qui concernait le frère et sa soeur, pour leur propre bien-être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Ven 24 Juil 2009 - 12:36

L'homme était silencieux à présent. Il semblait réfléchir. Elle l'observait calmement, ses mains croisées sur ses cuisses. Cet Homme était tellement... Spécial. Il l'intriguait, et lui faisait un peu peur, malgré la gentillesse dont il avait fait preuve jusque là. Elle avait un peu l'impression de se tenir au côté d'un fauve. Un fauve avec un heureux caractère, mais un fauve tout de même. Elle ne se sentait pas de taille à lutter avec un fauve. Lien aurait pu, lui. Il aurait jaugé la force de cet homme, et il l'aurait traité comme un égal. Un combattant. Mais elle... Elle ne pouvait qu'espérer que le fauve reste endormi. Il n'y avait pas de raison qu'il lui fasse du mal, n'est ce pas? Il lui avait dit... Il voulait l'aider. Il allait l'aider. Il était tellement sincère...

Et Judith ne connaissait même pas son nom. Cette évidence la frappa soudain, et ses yeux s'écarquillèrent un instant, reflets fidèles de ses émotions. Elle qui avait toujours mit un point d'honneur à connaître le nom de ceux qui trouvait la bergerie, elle avait fait le récit de sa vie à un parfait inconnu! Son frère aurait sans doute été scandalisé. Mais il aurait fait confiance à sa sœur, comme toujours... L'homme reprit la parole, et elle l'écouta à nouveau avec attention. Ce qui lui proposait était parfaitement raisonnable, parfaitement sensé, mais... Elle avait tout de même un peu peur d'abandonner sa bergerie. Son refuge. Inconsciemment, elle posa une main sur son sceau, à travers l'épais tissu de sa robe. Une douce chaleur semblait en émaner, et elle se sentie réconfortée, comme toujours. Pour une fois, ce n'était pas elle qui allait offrir son aide. C'était les autres qui allait l'aider. Cet homme lui inspirait confiance, malgré la peur. Quelques questions naquirent dans son esprit, lorsqu'il se tut. Elle hésita un bref instant avant de les poser, sa voix douce à peine plus haute que le murmure de l'herbe.


"Où est ce, le 'Haunted Walks'? Comment y accède t'on?"

Elle avait déjà presque accepté l'idée de partir. elle se sentait tellement seule sans son frère... Seule et vulnérable.

"Et... Quel est votre nom?"

Cette question revêtait une importance toute particulière pour elle. Mettre un nom sur un visage, une silhouette. Immortaliser dans sa mémoire cet homme étrange et tellement intriguant.

[toute référence à une chanson de pascal obispo dans ce post est bien évidement fortuite... "si j'eeeexiste, ma vie, c'est d'eeeeeeetre fan, être faaan \o/"]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Dim 2 Aoû 2009 - 20:34

"Où est ce, le 'Haunted Walks'? Comment y accède t'on? Et... Quel est votre nom?"

Trois bonnes questions, peu importaient les raisons profondes de celles-ci.
Soudain, il se maudit intérieurement.
Pas de présentation. Il était arrivé ici presque en conquérant, s'était posé comme un malappris, avait engagé la conversation, mais rien d'autre !!

Il ne put s'empêcher de sourire :


"Je suis d'une impolitesse, pardonnez-moi. Vraiment. Je me nomme Nathaniel Solo, je suis un Traqueur au service du HWI. Ne vous inquiétez pas, ce n'est qu'un titre purement nominatif - même s'il peut paraître impressionnant. D'habitude, mon boulot est de retrouver et de maîtriser des créatures sauvages... c'est sans doute pour cela que j'en oublie les présentations."

La seconde question était tout aussi intéressante, oui, mais il lui fallait d'abord préciser quelque chose à la jeune femme ; ce "quelque chose" n'était rien d'autre qu'une information directe du centre de transmission du HWI, information concernant la propre avancée de la mission d'Irina.

"J'ai avant toute chose une autre information à vous délivrer. Irina a pris contact avec votre frère, et elle s'emploie le plus patiemment du monde à le convaincre de l'accompagner - ne serait-ce que provisoirement, au moins pour le préserver de ses actuels poursuivants."

Ceci dit, il enchaîna alors :

"Sha Renkyô appartient à une race séculaire qui se sert d'une magie très ancienne et puissante, bien plus encore que celle de cette planète. Le Haunted Walks est situé sous Terre, sous les pieds de milliers d'humains qui ne le sauront jamais. Enfoui sous la ville de Rouen, le HWI n'est accessible que par une boutique de magie de la ville, et elle ne l'est qu'à ceux qui ont un passeport. Personne ne peut s'y introduire sans invitation du maître des lieux, Sha."

Que rajouter, à présent...?
Le Traqueur lui présenta alors son propre passe en signe de bonne foi mais aussi d'exemple, sachant qu'elle y serait certainement sensible.

Puis il se contenta alors de conclure simplement :


"Si tout se passe bien, vous pourrez trouver refuge au HWI votre frère et vous. Nul besoin de préciser que vous serez libres d'en partir, dès que vous aurez acquis votre propre passeport. Avez-vous d'autres questions ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Jeu 6 Aoû 2009 - 14:50

Il souriait. Elle sourit à son tour. Nathaniel. Nathaniel Solo. La jeune femme laissa le nom s'imprimer dans son esprit, gravant avec lui le souvenir du visage et de silhouette de cet homme si remarquable. Je ne vous oublierai pas, Nathaniel. Votre visage restera dans ma mémoire. Les yeux de la jeune femme scintillèrent brièvement. Il lui parla de son frère. Comme en écho, elle sentit une étrange sensation au creux de son ventre, une angoisse qui n'était pas la sienne. Son frère, son frère adoré vérifiait si elle allait bien. Malgré la distance qui les séparait, il s'en inquiétait toujours. Lien... Elle parut absente un bref instant, cherchant à rassurer Keenan, à le pousser à accepter l'aide de celle qui lui parlait sans doute.

Lien, mon Lien, suit là, je t'en pris. Nous seront réuni. Elle le sentit partir, et se reconcentra sur son interlocuteur. L'endroit où il voulait la mener semblait très protégé. Quasiment inviolable. Et ils ne seraient pas prisonniers. Judith pris une profonde inspiration et soupira légèrement, rependant un arôme délicat de fleurs autour d'elle. Ce que cet homme lui apportait était presque trop beau pour être vrai. Un lieu où ils seraient enfin délivré de leur angoisse perpétuelle. Elle avait envie d'y croire. Elle en avait assez fuir. Assez de devoir craindre en permanence la séparation. Assez de devoir la subir. Elle reposa son regard sur Nathaniel, pensivement. Elle allait devoir se décider. Pour elle comme pour son frère. Il la suivrait. Il la retrouverait, quoiqu'il arrive. La jeune femme détourna doucement les yeux vers sa bergerie et la contempla un moment.


"Si je dois partir, j'aurai certaines choses à emporter..."

Elle avait murmuré cela, toujours pensive. Elle se tourna à nouveau vers le Traqueur.

"Au fait... Appelez moi Judith."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Jeu 6 Aoû 2009 - 16:26

Il avait trouvé les bons mots.
Surtout, c'étaient des mots sincères. C'était ce qu'il aimait dans son nouveau job : il n'avait pas à agir autrement qu'en étant lui-même.
Pas besoin d'endormir les gens de mensonges assommants et grossiers... juste la franchise, l'honnêteté. Mais rester prudent aussi. Juste pour convaincre.

L'honnêteté implique qu'il n'y ait aucune divergence ou contradiction entre les pensées, les paroles et les actions.
Etre honnête envers soi-même - envers la réalité de son être - et envers son propre but inspire confiance aux autres et leur donne foi en nous.

Les hommes sont des animaux bien peu évolués mais qui pensent l'être ; toutefois, l'instinct prédomine.
Et si quelqu'un se montre méfiant ou agressif envers son interlocuteur, celui-ci le ressentira forcément - et comme une menace...


"Si je dois partir, j'aurai certaines choses à emporter..."

Evidemment.
Il sourit, et lui répondit simplement :


"Prenez tout votre temps. Je suis ici pour vous, et de notre côté nous avons du temps."

Il songea à Irina et espéra que la jeune femme-araignée avait réussi, avec toute sa délicatesse naturelle, à faire comprendre au frère de Judith que le temps pressait.
L'urgence de la situation... Irina saurait la gérer, à condition que le dénommé Keenan ne soit pas trop une tête de mule.


"Au fait... Appelez moi Judith."

Nouveau sourire.
Donner son nom à quelqu'un est un acte bien plus important qu'il n'y paraît, pour les initiés. Donner son nom, c'est confier une parcelle de sa vie, c'est lier son chemin quelques temps avec un inconnu.
Lui donner aussi la possibilité d'avoir un impact sur sa vie...
Nathaniel était sûr qu'elle le savait.


"Très bien, Judith. Je vous attends. J'espère que votre frère n'est pas un homme trop difficile à convaincre... le temps presse pour eux."

Il se remit à observer le ciel, un peu pensif.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Jeu 6 Aoû 2009 - 23:18

De notre côté... Elle se rappela avec un serrement de coeur l'angoisse qu'elle avait ressente lorsque son frère bien aimé avait sondé ses sentiments. Oh Lien, je t'en pas.ris, je t'en supplie, suit là, sauve ta vie. Nathaniel souriait. Il l'attendrait. Elle se releva doucement, et franchit les quelques mètres qui la séparait de la bergerie. Elle saisit doucement son petit chaudron et comtempla un instant son contenu. Elle n'en aurait sans doute pas vraiment besoin, là où elle allait.

judith alla déposer la decotion raffraichissante devant les naseaux du cheval, et en déposa un tasse au côté de l'homme. Elle retourna ensuite dans la bergerie, et jeta un regard circulaire à ce qui avait été jusqe là son horizon. Une vieille malle de bois reposait dans un coin, solide malgré son âge. Elle contenait déjà quelques vêtements. Mas il aurait bien assez de place. Elle fouilla doucement ses étagères, récupérant des pots de terre cuites vernissées remplies de plantes séchées, de résines, de pommades odorantes. Elle les disposa doucement dans la malles, essayant de es disposer au mieux pour qu'ils ne se brisent.

Elle n'emportait que les plus précieux, comme toujours. Le choix était de plus en difficile, à mesure que la malle se remplissait. Elle se doutait qu'elle ne pourrait pas revenir dans cette paisible lande irlandaise avant longtemps. Elle ne pouvait pourtant se permettre de tout emporter. La malle serait trop lourde, et son contenu trop fragile.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Ven 7 Aoû 2009 - 23:02

Les yeux dans le vague, l'esprit à la fois embrumé et apaisé par ce merveilleux paysage (et surtout le soleil qui commençait à descendre à l'horizon), Nathaniel remercia d'un bref signe de tête le geste de Judith.
Une tasse remplie d'une décoction au fumet très apaisant... et c'était rudement rafraîchissant. Une merveille.

Soudain, il lui vient une idée :


"N'hésitez pas à prendre tout ce dont vous avez besoin, Judith. Notre voyage ne nécessitera aucun déplacement physique... à proprement parler, du moins. Prenez tout ce que vous voulez."


Se souviendrait-il seulement de la manière de créer ce cercle magique-là ?
Sa mémoire était mauvaise, et sa maîtrise de la magie, bien qu'excellente, prenait parfois des tournures dramatiques à cause de cela.
Autant qu'il se mette de suite, donc.


Le cercle d'abord...
...puis les autres cercles à l'intérieur, symbolisant l'espace, le temps, les énergies aussi.
Puis les symboles.
Pas de ce monde, pour sûr. Nathaniel avait été longuement initié par Sha Renkyô à cette mangie ancienne et complexe, et il espérait vraiment en avoir retenu toutes les leçons.


Tout à son "travail manuel", le Traqueur se prit à penser au "bon vieux temps"... même si cela faisait partie de son présent, ce bonheur étrange, ce contentement constant d'un rien.
Il se souvint des grands moments de son apprentissage avec son ami, qui avait manqué à plusieurs reprises l'assommer tellement il l'excédait... problème de mémoire, quoi.
Il rit sous cape, et acheva finalement son oeuvre avec dextérité et assurance.


Puis il se rassit, relativement satisfait de son travail, et sirota consciencieusement la décoction. Délicieux. Un vrai trésor, oui. Il fallait qu'elle emporte ses ingrédients, pensa-t-il. Ce genre de chose est toujours meilleur lorsqu'il est préparé avec nos propres ingrédients...
Puis il se remit à contempler le paysage, attendant que la demoiselle eut fini ses prépératifs.
Le cercle les attendait, brillant d'une lueur chaude, légère et rassurante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Dim 9 Aoû 2009 - 19:55

La jeune femme s'interrompit en entendant la voix de Nathaniel. Aucun déplacement physique...? Elle resta un bref instant interdite, puis sourit légèrement. dans ce cas... Elle replongea dans a malle et réarrangea ses affaires. les étagères se vidaient, et bientôt la pièce reprit l'aspect abandonné qu'elle avait plusieurs années plus tôt, avant que son frère et elle ne s'y installent. Elle réussit miraculeusement à tout ranger. Seul restait un pot presque vide, contenant des reste qu'un onguent à la forte odeur de camphre, et le feu qui brulait joyeusement dans la cheminée.

Judith retroussa ses manches et plongea la mains gauche dans le pot, avant de badigeonner l'encadrement de la porte et la chambranle des fenêtres avec la pâte odorante. Elle éteignit le feu et enduisit aussi la cheminée, usant des dernières traces de la pommade. Rien ni personne animée de mauvaises intention ne franchirait n'arrivera à entrer dans la bergerie. Les faibles, les opprimés, les malheureux y trouverons un asile aussi sûre que possible, si leur adversaires n'étaient pas plus puissants que la jeune femme, bien entendu. Dans la lueur mourante du couchant, elle inspecta une dernière fois son asile, décrochant les dernières traces de sa présence. Elle se sentait curieusement vide, à contempler ces vieilles pierres.

Elle tournait une page en somme. Il lui restait une chose à faire, avant de quitter définitivement sa bergerie. Elle s'immobilisa au centre de la pièce et se mit à fredonner, les yeux dans le vide. Cela faisait un certain temps qu'elle n'avait pas ainsi cherché à provoquer une vision, mais ce ne fut pas aussi difficile qu'elle le pensait. Sa vue se troubla, et bientôt


* Un flash éblouissant mais faible, une lueur informe sur la lande, dans une course erratique, suivit par des loups noir comme la suie. Cours petite étoile, cours, viens ici, viens dormir, je te protégerait du Croquemitaine, je ne laisserai pas l'enfer t'avaler...*

La vision se dissipa aussi vite qu'elle était venue, et Judith fronça les sourcils. Elle n'arrivait à comprendre ce à quoi cette vision se rattachait. Mis elle faisait partie de son futur. Elle s'avança sur le seuil, silhouette baignée par les rayons orangés du couchant qui faisait scintiller l'or brodé sur son corsage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   Mar 11 Aoû 2009 - 18:24

Etrangement, l'esprit d'habitude si hermétique du Traqueur fut envahie par cette vision sortie de loin

...Futur...
...Passé ?

et lui laissa une empreinte bien marquée.

Cependant, il n'était pas nécessaire pour lui de se poser ce genre de question.
Il nota simplement tout ce que la jeune femme emportait, et décida que son plan allait devoir changer : il allait s'occuper au plus vite de trouver un logement chaleureux, spacieux et bien équipé à cette douce jeune femme et à son frère.
Il ne savait pas pourquoi, mais il sentait que ce dernier - dans sa fuite pour lui sauver la vie - n'avait pas dû emporter tant de choses que Judith ne l'avait fait. C'était normal, après tout. Il s'agissait de leur refuge commun, au départ... donc sans doute, de leurs affaires à tous les deux.

Peu importait.
Irina allait devoir rester en leur compagnie le temps qu'il aménage le reste, leur trouve le logement, et qu'ils soient convoqués par Sha Renkyô (encore qu'il se doutait que celui-ci attendrait qu'ils soient bien installés).
Au final, il lui tardait vraiment d'être rentré...

Il sourit, se plaça dans le cercle lumineux et lui tendit la main :


"Votre carrosse vous attend, chère demoiselle."

Leur départ fut immédiat...






[TOPIC TERMINE, SUITE ICI]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Une fumée bleue aux confins de la Lande...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une fumée bleue aux confins de la Lande...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le cake au saumon fumé
» Fumées des réacteurs dorsaux
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )
» ? Toiles d'araignées et fumée...
» Lune Bleue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haunted Walks Co. :: IRLANDE-